Livres d'enfants

Livres d'Enid Blyton, Paul-Jacques Bonzon, Anthony Buckeridge...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
patrick1926
Mini Rose
patrick1926

Nombre de messages : 73
Age : 50
Localisation : région parisienne
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Dim 8 Oct 2006 - 10:37

Pour illustrer la perte de qualité et de richesse (et de drôlerie) au passage de l’anglais au français, voici un passage de “Jennings and Darbishire” et sa traduction dans “Bennett et Mortimer”. Bennett et Mortimer (c’est-à-dire Jennings et Darbishire) ont été invités par un de leur copain Briggs (Venables en anglais) à prendre des gâteaux et beignets dans la boulangerie-patisserie du village tenue par Mme Lumley. Alors qu’ils ont déjà commandé et mangé, Briggs s’aperçoit qu’il a oublié son porte-monnaie. Il doit donc rentrer en toute vitesse au collège pour le chercher et pendant ce temps, pour donner le change, Bennett et Mortimer restent dans la boulangerie et continuent à commander gâteaux et limonades…


Voici la version originale :

There are times when an unkind Fate will swoop down upon its prey like a goshawk ; at others, it will play a cat-and-mouse game with its victims’ dwindling hopes. Upon Jennings and Darbishire awaiting the hour of liberation in Mrs. Lumley’s cottage, Fate used its delayed action technique and withheld until too late the sad news that Venables was not coming back.
For the first ten minutes after his departure they kept their fingers crossed and went on eating doughnuts. For a further five, they tapped their feet and fidgeted –to the annoyance of the cat population who were trying to sleep.
By quarter-past four they knew that their host had failed them and that trouble lay ahead in the stern shape of Mr Wilkins. But it was not until twenty-eight minutes past the hour that they realised what deeper troubles were even now at their door in the portly shape of Mrs. Lumley. For stacked upon the table were the plates and bottles which they had felt obliged to order in their attempt to keep up appearances and stave off the evil moment when the bill would have to be paid.
“Why doesn’t Venables come!” moaned Darbishire for the fifth time in three minutes.
“If you ask me, he’s a treacherous traitor,” Jennings retorted angrily. “Wait till I see him again! I’ll make him live to regret it!”
“When I get hold of him, he’ll regret it, but he may not live –not more than long enough to regret it, anyway.”
It was not often that Darbishire bore ill-will towards his fellow-creatures, but now he was shocked beyond measure by what he imagined to be Venables’ heartless conduct. A nice sort of treat this was turning out to be! He looked at the table with a jaundiced eye.
“Have another doughnut, Jen? There’s just one left.”
“Golly, no, I couldn’t. I should burst; I’ve had about seven already and four bottles of ginger-pop.”
“It’s time we got cracking and asked for some more, all the same. We haven’t had a fresh lot for ages and ages and she’s beginning to give us those funny looks again. If she smells a rat, we’re sunk, don’t forget!”
Jennings groaned quietly. “I know, I know! But it’s got past smelling a rat by this time. She’ll be sending for the Pied Piper of Hamelin or the corporation rodent inspector if we don’t do something about it soon.”
There was no denying that Mrs. Lumley had been looking at them curiously for some little time, but this was due to sheer surprise. Never had she seen so few boys eat so many doughnuts; and little did she know that each mouthful nearly choked them!
“Oh, fish-hooks! She’s coming back again. Try and look hungry, Darbi!” Jennings whispered, as the kitchen door opened with a squeak.
“You can’t look hungry when you’ve just had to loosen your belt,” Darbishire complained. He shook his head sadly, for he was very fond of home-made cakes and would often lie awake at night wondering what it must be like to eat so many that he just couldn’t eat any more. Now, he knew!



Et voici la version française traduite par Vladimir Volkoff du même passage :

Pendant les dix premières minutes qui suivirent le départ de Briggs, Bennett et Mortimer continuèrent à manger des beignets.
Pendant les cinq suivantes, ils commencèrent à s’énerver.
A quatre heures et quart, ils se surent condamnés à avoir des ennuis avec M. Wilkinson. A quatre heures vingt-huit, ils entendirent Mme Lumley approcher et ils comprirent qu’avec elle aussi, ils pouvaient avoir des ennuis.




Les premiers Jennings étaient assez long (250 pages sans illustration) ce qui explique la nécessité de faire des coupes pour s’adapter au format de l’Idéal Bibliothèque (190 pages dont 16 pleines pages d’illustrations couleur plus d’autres en noir et blanc). Au risque de perdre des passages croustillants comme celui-ci.

Prochainement, je montrerai l’exemple inverse, c’est-à-dire une traduction plus drôle que l’original.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin-Serge
Admin
Admin
Admin-Serge

Nombre de messages : 9282
Age : 69
Localisation : Normandie - Cotentin - Cherbourg
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Dim 8 Oct 2006 - 11:29

Pour moi, deux constatations :
La première, c'est que le petit texte traduit, je le trouve très drôle !
La deuxième... c'est que ne comprenant pas un seul mot du texte anglais... je n'en apprécie pas la "supériorité" !

En fait, il aurait fallu des traducteurs purs et durs, et pas des traducteurs contraints de se soumettre aux désirs de l'éditeur !
Il aurait été bien que le traducteur n'ait pas a faire des coupures, ou à resserrer le texte pour des raisons de format, ou des raisons d'adaptation...

En fait, même excellent, les traducteurs deviennent aussi des adaptateurs, ils sont obligés de réduire le texte, etc.

Sans aucune contrainte, les traducteurs amateurs "de talent"
(dans le meilleur sens du terme !) , comme Sree ou Jean-Marie, nous donnent un texte "intégral", au plus près du texte original...


study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serge-passions.fr/livres_d_enfants.htm
patrick1926
Mini Rose
patrick1926

Nombre de messages : 73
Age : 50
Localisation : région parisienne
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Dim 8 Oct 2006 - 14:36

Pour convaincre Serge ou d'autres non anglophones que la version d'origine est plus drôle, voici la traduction entière du texte anglais:


Il y a des fois où le destin malveillant va fondre sur sa proie, tel un vautour ; d’autres fois où il va jouer au jeu du chat et de la souris avec ses victimes. En ce qui concerne Bennett et Mortimer attendant l’heure de la libération dans la boutique de Mme Lumley, le destin a utilisé sa technique d’action à retardement et a caché jusqu’à ce qu’il soit trop tard la fatale nouvelle que Briggs ne revenait pas.
Les dix premières minutes après son départ, Bennett et Mortimer ont continué à manger des beignets en gardant les doigts croisés. Les 5 minutes suivantes, ils commencèrent à taper du pied et à s’énerver, provoquant l’agacement de la population féline de l’endroit qui essayait de trouver le sommeil.
A quatre heures et quart, ils comprirent que leur hôte leur avait fait faux bond et qu’il fallait s’attendre à des ennuis sous la forme sévère et bien réelle du professeur Wilkinson. Mais ce n’est qu’à quatre heures et vingt-huit minutes qu’ils comprirent que des ennuis encore plus grands se trouvaient à leur porte même sous la forme corpulente de Mme Lumley. Car amassés sur la table se trouvaient une pile d’assiettes et de bouteilles qu’ils s’étaient crus obligés de commander pour retarder le moment fatidique où il faudra payer.
« Pourquoi Briggs ne vient-il pas ! » gémit Mortimer pour la cinquième fois en trois minutes.
« Si tu veux mon avis, c’est un traître de chez traître, » répliqua Bennett en colère. « Attends un peu que je le retrouve ! Il va le regretter toute sa vie ! »
« Quand je mettrai la main sur lui, il va le regretter, mais il pourrait ne pas vivre assez longtemps pour avoir le loisir de le regretter. »
Il était rare de voir Mortimer porter des jugements peu amènes sur ses camarades mais il était choqué outre mesure par ce qu’il imaginait être la conduite sans coeur de Briggs. Une drôle façon d’inviter les gens, se disait-il ! Il regarda sa table d’un œil écoeuré.
«Un autre beignet, Ben ? C’est le dernier. »
« Dieu merci, non, je ne pourrais pas. J’éclaterais ; j’en ai déjà pris sept sans compter quatre bouteilles de limonade. »
« Il va falloir s’y mettre et en commander d’autres quand même. Ça fait des siècles qu’on n’a rien commandé de frais et elle commence à nous regarder en coin. Si elle flaire quelque chose de louche, nous sommes foutus, n’oublie pas ! »
Bennett étouffa un grognement. « Je sais bien ! Mais elle a dû dépasser ce stade à mon avis. Elle va bientôt nous envoyer le joueur de flûte de Hamel ou la corporation des inspecteurs dératiseurs si nous ne faisons pas quelque chose vite. »

(note du traducteur : cette dernière phrase n’a de sens que dans la version anglaise où l’on joue sur l’expression : « to smell a rat », littéralement « sentir un rat » mais qui veut dire ici sentir quelque chose de louche).
On ne pouvait pas nier que Mme Lumley les regardait bizarrement depuis quelque temps, mais ce n’était que le fruit de son étonnement. Jamais elle n’avait vu si peu de garçons engloutir autant de beignets ; et elle était loin de se douter que chaque bouchée devenait pour eux une épreuve !
« Saperlipopette ! Elle revient à la charge. Essaie d’avoir l’air affamé, Morti ! » murmura Bennett, alors que la porte de la cuisine s’ouvrait en grinçant.
« Tn ne peux pas avoir l’air affamé quand tu as été obligé de te desserrer la ceinture, » se plaignit Mortimer. Il secoua la tête tristement car il aimait sincèrement les gâteaux fait-maison et il se songeait souvent la nuit à l’effet que ça ferait de pouvoir en manger à satiété. Maintenant, il savait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fan_indien
Galaxie
fan_indien

Nombre de messages : 4473
Age : 37
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Lun 9 Oct 2006 - 9:21

patrick1926 a écrit:
Pour convaincre Serge ou d'autres non anglophones que la version d'origine est plus drôle, voici la traduction entière du texte anglais:


Il y a des fois où le destin malveillant va fondre sur sa proie, tel un vautour ; d’autres fois où il va jouer au jeu du chat et de la souris avec ses victimes. En ce qui concerne Bennett et Mortimer attendant l’heure de la libération dans la boutique de Mme Lumley, le destin a utilisé sa technique d’action à retardement et a caché jusqu’à ce qu’il soit trop tard la fatale nouvelle que Briggs ne revenait pas.
Les dix premières minutes après son départ, Bennett et Mortimer ont continué à manger des beignets en gardant les doigts croisés. Les 5 minutes suivantes, ils commencèrent à taper du pied et à s’énerver, provoquant l’agacement de la population féline de l’endroit qui essayait de trouver le sommeil.
A quatre heures et quart, ils comprirent que leur hôte leur avait fait faux bond et qu’il fallait s’attendre à des ennuis sous la forme sévère et bien réelle du professeur Wilkinson. Mais ce n’est qu’à quatre heures et vingt-huit minutes qu’ils comprirent que des ennuis encore plus grands se trouvaient à leur porte même sous la forme corpulente de Mme Lumley. Car amassés sur la table se trouvaient une pile d’assiettes et de bouteilles qu’ils s’étaient crus obligés de commander pour retarder le moment fatidique où il faudra payer.
« Pourquoi Briggs ne vient-il pas ! » gémit Mortimer pour la cinquième fois en trois minutes.
« Si tu veux mon avis, c’est un traître de chez traître, » répliqua Bennett en colère. « Attends un peu que je le retrouve ! Il va le regretter toute sa vie ! »
« Quand je mettrai la main sur lui, il va le regretter, mais il pourrait ne pas vivre assez longtemps pour avoir le loisir de le regretter. »
Il était rare de voir Mortimer porter des jugements peu amènes sur ses camarades mais il était choqué outre mesure par ce qu’il imaginait être la conduite sans coeur de Briggs. Une drôle façon d’inviter les gens, se disait-il ! Il regarda sa table d’un œil écoeuré.
«Un autre beignet, Ben ? C’est le dernier. »
« Dieu merci, non, je ne pourrais pas. J’éclaterais ; j’en ai déjà pris sept sans compter quatre bouteilles de limonade. »
« Il va falloir s’y mettre et en commander d’autres quand même. Ça fait des siècles qu’on n’a rien commandé de frais et elle commence à nous regarder en coin. Si elle flaire quelque chose de louche, nous sommes foutus, n’oublie pas ! »
Bennett étouffa un grognement. « Je sais bien ! Mais elle a dû dépasser ce stade à mon avis. Elle va bientôt nous envoyer le joueur de flûte de Hamel ou la corporation des inspecteurs dératiseurs si nous ne faisons pas quelque chose vite. »

(note du traducteur : cette dernière phrase n’a de sens que dans la version anglaise où l’on joue sur l’expression : « to smell a rat », littéralement « sentir un rat » mais qui veut dire ici sentir quelque chose de louche).
On ne pouvait pas nier que Mme Lumley les regardait bizarrement depuis quelque temps, mais ce n’était que le fruit de son étonnement. Jamais elle n’avait vu si peu de garçons engloutir autant de beignets ; et elle était loin de se douter que chaque bouchée devenait pour eux une épreuve !
« Saperlipopette ! Elle revient à la charge. Essaie d’avoir l’air affamé, Morti ! » murmura Bennett, alors que la porte de la cuisine s’ouvrait en grinçant.
« Tn ne peux pas avoir l’air affamé quand tu as été obligé de te desserrer la ceinture, » se plaignit Mortimer. Il secoua la tête tristement car il aimait sincèrement les gâteaux fait-maison et il se songeait souvent la nuit à l’effet que ça ferait de pouvoir en manger à satiété. Maintenant, il savait !

Bravo, félicitations, chapeau, cher Patrick ! Ta traduction est vraiment formidable ! On croirait lire Olivier Séchan ou Vladimir Volkof !





cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fan_indien
Galaxie
fan_indien

Nombre de messages : 4473
Age : 37
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Lun 9 Oct 2006 - 9:34

Admin - Serge a écrit:


Sans aucune contrainte, les traducteurs amateurs "de talent"
(dans le meilleur sens du terme !) , comme Sree ou Jean-Marie, nous donnent un texte "intégral", au plus près du texte original...


study

Merci du compliment, Serge !

C'est quand même dommage que tu ne comprennes pas un mot d'anglais ! Sad Lire Enid Blyton dans la langue de Shakespeare est délectable !
king

Pour les traductions de textes de Blyton, j'ai du mal à traduire certaines choses relatives à la vie européenne : neiges, nourritures, certaines pièces de mobilier, histoire de France, etc.

Bien sûr, mes premières lectures furent les contes d'Anderson, de Grimm, de Pérault ; donc, je suis bien initié à votre culture, mais je pense qu'il faut habiter dans le vieux Continent pour pouvoir bien comprendre la mentalité des lecteurs, chose qui pour moi est hélas ! quasi impossible... :o

Heureusement que vous êtes tous là pour corriger mes traductions le cas échéant !
bom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin-Serge
Admin
Admin
Admin-Serge

Nombre de messages : 9282
Age : 69
Localisation : Normandie - Cotentin - Cherbourg
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Lun 9 Oct 2006 - 10:03

fan_indien a écrit:
Admin - Serge a écrit:


Sans aucune contrainte, les traducteurs amateurs "de talent"
(dans le meilleur sens du terme !) , comme Sree ou Jean-Marie, nous donnent un texte "intégral", au plus près du texte original...


study

Merci du compliment, Serge !

C'est quand même dommage que tu ne comprennes pas un mot d'anglais ! Sad Lire Enid Blyton dans la langue de Shakespeare est délectable !
king

Pour les traductions de textes de Blyton, j'ai du mal à traduire certaines choses relatives à la vie européenne : neiges, nourritures, certaines pièces de mobilier, histoire de France, etc.

Bien sûr, mes premières lectures furent les contes d'Anderson, de Grimm, de Pérault ; donc, je suis bien initié à votre culture, mais je pense qu'il faut habiter dans le vieux Continent pour pouvoir bien comprendre la mentalité des lecteurs, chose qui pour moi est hélas ! quasi impossible... :o

Heureusement que vous êtes tous là pour corriger mes traductions le cas échéant !
bom

Hi ! hi !
Lapsus révélateur : Contes d'Andersen, pas d'Anderson ! lol!

Ahhhh ! La langue anglaise...

Désolé, mon bon Sree... de ne pas comprendre un mot d'anglais...
En fait, vous ne le savez pas, peut-être, mais votre admin chéri n'a pas fait d'études secondaires ! (Honte ! chuuuuuuuttttt !)
C'est un pur autodidacte ! D'ou ses lacunes, car de mon temps, dans le primaire, on n'apprenait pas les langues étrangères...

Embarassed Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serge-passions.fr/livres_d_enfants.htm
Pouchky
Invité



MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Lun 9 Oct 2006 - 12:08

Bravo Patrick! Après celà, ne pas traduire les deux derniers Jennings, c'est tout simplement de la cruauté mentale!

To smell a rat ne se traduit pas en Français, ou alors on pourrait dire que Mme Lumley se doute qu'il y a anguille sous roche. Mais alors le joueur de flûte de Hameln n'a plus sa raison d'être.

Comme le dit Serge, c'est dommage que la traduction doive être amputée pour se conformer à un format préétabli.
Pour le consoler, je dirais que l'anglais scolaire est très peu utile quand on s'intéresse aux livres. Le vocabulaire anglais est si important que les quelques mots qu'on retient de l'école sont tout à fait insuffisants. Heureusement, j'ai eu des profs des corrects qui nous ont appris de bonnes bases en grammaire. La structure de la langue anglaise est assez simple-à mon avis-on peut vite se débrouiller à baragouiner un peu d'anglais et à se faire comprendre.

C'est bien que les petits aient des rudiments d'anglais au primaire, ne serait-ce que pour éveiller leur curiosité. Mais c'est dommage que nombre d'entre-eux passent au collège sans faire la différence entre infinitif et participé passé...le nombre de lettres de motivation de bac+3 qui "souhaite intégré votre équipe. Veuiller recevoir mes salutations" est affolant!
Revenir en haut Aller en bas
Sylvak
Bibliothèque Rose
Sylvak

Nombre de messages : 308
Age : 47
Localisation : Noisy-le-Grand (& Nancy aussi), France, planète Terre
Date d'inscription : 11/05/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Lun 9 Oct 2006 - 13:42

chapeau bas, Patrick ! Very Happy
ta traduction rend bien l'atmosphère, je trouve...
c'est dommage que la traduction officielle n'est pas suivi le même chemin !

en tout cas :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne
Galaxie
Anne

Nombre de messages : 3786
Age : 43
Localisation : les landes du Nord...
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Lun 9 Oct 2006 - 16:00

Ah oui!! Vraiment bravo pour cette admirable traduction, d'une fidélité incroyable! Ca me donne vraiment envie de lire Buckeridge... (Pouchky, Sree, Serge, promis, dès que je retourne en France, je regarde chez les bouquinistes...!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin-Serge
Admin
Admin
Admin-Serge

Nombre de messages : 9282
Age : 69
Localisation : Normandie - Cotentin - Cherbourg
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 7:52

Anne a écrit:
Ah oui!! Vraiment bravo pour cette admirable traduction, d'une fidélité incroyable! Ca me donne vraiment envie de lire Buckeridge... (Pouchky, Sree, Serge, promis, dès que je retourne en France, je regarde chez les bouquinistes...!)

En attendant, Anne, tu as la possibilité de lire des extraits ici, sur mon site :
http://perso.orange.fr/serge.passions/bennett_extrait_1.htm

Les résumés détailles du defunt Club Bennett de Thierry Chevrier :
http://perso.orange.fr/serge.passions/Bennett_resumes_detailles.htm

Concernant les illustrateurs, on peut comparer ici leurs dessins à la réalité :
http://perso.orange.fr/serge.passions/bennett_costume_ecole.htm


study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serge-passions.fr/livres_d_enfants.htm
Anne
Galaxie
Anne

Nombre de messages : 3786
Age : 43
Localisation : les landes du Nord...
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 8:13

Merci, Serge, pour ces liens (le deuxième ne fonctionne pas...). J'avais déjà lu les extraits, et la page sur les uniformes m'a bien plue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin-Serge
Admin
Admin
Admin-Serge

Nombre de messages : 9282
Age : 69
Localisation : Normandie - Cotentin - Cherbourg
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 8:28

Anne a écrit:
Merci, Serge, pour ces liens (le deuxième ne fonctionne pas...). J'avais déjà lu les extraits, et la page sur les uniformes m'a bien plue!

Curieux ! Je viens de vérifier tous les liens... Ici, tous fonctionnent !


Hors sujet :
A propos, le 21 et le 22 octobre, je serai en expo, (avec mon club de modelisme ferroviaire) en Allemagne, du côté de la frontière hollandaise...
Impossible de te dire le nom de la ville, je ne me souviens plus ! Les nom allemands sont trop barbares pour moi ! Impronomçables !
(cela va être reposant, comme expo, seul, un membre de mon club sur 8 parle allemand... un peu ! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serge-passions.fr/livres_d_enfants.htm
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 8:42

Je parle un anglais correct pas très littéraire mais bon...
Le sytème d'apprentissage des langues en France est archi nul, on sort de terminale en ayant seulement des notions après quand même 7 ans de langue vivante 1 ! :suspect:
Le pire c'est qu'après le lycée, j'ai continué l'anglais puis je l'ai énormément utilisé pour le boulot...

Bref, j'évite de lire en anglais parce-que je ne perçois pas toute la poésie de la langue et j'ai quelques problèmes avec la grammaire quand le récit est un peu compliqué !
Cela dit après la traduction de Sree, j'ai bien envie de tenter la lecture en VO ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Pouchky
Invité



MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 8:55

Et moi alors, qu'est-ce que je devrais dire pour l'allemand! En Anglais j'avais les meilleures notes (fallait voir le niveau de la classe!), mais en Allemand ça a toujours été catastrophique...

Ben dis donc, vous allez vous amusez si personne ne parle allemand! Heureusement que tous les étrangers parlent français (enfin, beaucoup!). Je n'ai pas la moindre idée de la façon dont on dit modélisme en allemand!
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 9:07

Bah ils pourront toujours s'en tirer avec des ya-ya à tout va et puis c'est bien connu pour s'entendre avec un Allemand il faut trinquer la chope de bière XXL à la main (pas dur pour un as des apéros ! )...
Revenir en haut Aller en bas
Admin-Serge
Admin
Admin
Admin-Serge

Nombre de messages : 9282
Age : 69
Localisation : Normandie - Cotentin - Cherbourg
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 9:22

Sandrine a écrit:
Bah ils pourront toujours s'en tirer avec des ya-ya à tout va et puis c'est bien connu pour s'entendre avec un Allemand il faut trinquer la chope de bière XXL à la main (pas dur pour un as des apéros ! )...

Ben dis donc, Sandrine, tu change de tête tout le temps... Question
Very Happy

C'est vrai que si je sais comment demander une bière, tout ira bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serge-passions.fr/livres_d_enfants.htm
Pouchky
Invité



MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 9:51

Tiens en parlant de boisson, est-ce que le ginger-pop dont il est fait mention dans Jennings correspond à la limonade de Bennett?

Ou est-ce une boisson qui n'a pas son équivalent en France?
Revenir en haut Aller en bas
Anne
Galaxie
Anne

Nombre de messages : 3786
Age : 43
Localisation : les landes du Nord...
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 10:02

Bon, alors en tant qu'étrangère vivant en Allemagne, il faut que je mette mon petit grain de sel ici.

Alors d'abord, on n'a pas besoin d'une chope de bière pour trinquer... mais c'est vrai que ca délie les langues
(moi qui n'aime pas la bière, je suis servie! lol! )

Ensuite, comment dit-on "modélisme" en allemand?? Aucune idée (désolée, le modélisme ne fait pas partie de mes passions...), mais en ouvrant un dico, ca devrait se trouver... "Modellbau" (finalement j'y avais pensé à ce mot, mais je ne pensais pas qu'il s'appliquait à la lettre dans ce contexte-ci...) study Mais Serge, même si tu ne sais pas prononcer le nom de la ville, peut-être peux-tu me l'écrire??

Enfin, le "ginger beer" n'est pas seulement la boisson de Jennings mais également celle du club des Cinq, et qui as toujours été traduite par "limonade". Je me demande par contre si c'est vraiment équivalent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 10:07

J'ai ôsé l'allusion de la chope de bière parce-que j'habite très près de l'Allemagne ! Embarassed
Et puis c'est une vérité vraie !
Revenir en haut Aller en bas
Admin-Serge
Admin
Admin
Admin-Serge

Nombre de messages : 9282
Age : 69
Localisation : Normandie - Cotentin - Cherbourg
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 10:09

>>Mais Serge, même si tu ne sais pas prononcer le nom de la ville, peut-être peux-tu me l'écrire??

:pale:
Même pas !
Mais je vais au club demain soir...
je prendrai note...


C'est comme une enigme du Club des cinq...
Je sais que ça commence par "Vida" que c'est un nom composé...
et que le deuxième mot finit par "bruck"...
Avec ça, on va pas loin...
C'est proche, parait-il, de la frontière hollandaise...

Vida*** - ***bruck

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serge-passions.fr/livres_d_enfants.htm
Anne
Galaxie
Anne

Nombre de messages : 3786
Age : 43
Localisation : les landes du Nord...
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 10:28

Sandrine a écrit:
J'ai ôsé l'allusion de la chope de bière parce-que j'habite très près de l'Allemagne ! Embarassed
Et puis c'est une vérité vraie !

lol! Tu n'as pas tort!! Je disais simplement cela, parce que je connais aussi des Allemands qui ne boivent *pas que* de la bière! *clin d'oeil*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fan_indien
Galaxie
fan_indien

Nombre de messages : 4473
Age : 37
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 10:32

Anne a écrit:


Enfin, le "ginger beer" n'est pas seulement la boisson de Jennings mais également celle du club des Cinq, et qui as toujours été traduite par "limonade". Je me demande par contre si c'est vraiment équivalent...

Anne, il va falloir que tu fasses un petit saut en France, le temps d'un week-end, et que tu en ramènes tes Club des Cinq 🇳🇴 Rolling Eyes : "ginger-pop" ou "ginger-beer" ne se traduit pas toujours par "limonade" ; parfois, j'ai trouvé "bière" (dans le cd5 et le trésor de l'île, je crois), d'autre fois, on peut lire "cidre" (mais j'avoue que le cidre, c'est plutôt rare !).

Mais le vrai spécialiste en boissons fraîches ou gazeuses, c'est notre ami belge, Jean-Marie : lui a comparé, est en train de comparer, la traduction des club des cinq par rapport à la VO. Il en est maintenant au Club des Cinq et les papillons.

Jean-Marie, où t'es ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne
Galaxie
Anne

Nombre de messages : 3786
Age : 43
Localisation : les landes du Nord...
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 10 Oct 2006 - 10:39

fan_indien a écrit:
Anne, il va falloir que tu fasses un petit saut en France, le temps d'un week-end, et que tu en ramènes tes Club des Cinq 🇳🇴 Rolling Eyes : "ginger-pop" ou "ginger-beer" ne se traduit pas toujours par "limonade" ; parfois, j'ai trouvé "bière" (dans le cd5 et le trésor de l'île, je crois), d'autre fois, on peut lire "cidre" (mais j'avoue que le cidre, c'est plutôt rare !)

Embarassed A ce point??! Bon, mais je suis sûre de n'avoir lu que la traduction "limonade" - si ce n'était pas dans les Club des Cinq (francais) alors dans la traduction allemande de Malory School et des Deux Jumelles...


Mais j'attends avec impatience un commentaire de Jean-Marie!
Houhou, Jean-Marie!!!
cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renaud
Album rose
Renaud

Nombre de messages : 21
Age : 44
Localisation : Croix-Rousse
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Lun 30 Oct 2006 - 16:08

bravo à Patrick pour sa traduction ! Je savais depuis longtemps que Bennett/Jennings est une série désopilante, mais la version originale a l'air encore plus subtilement drôle Laughing ... C'est en tout cas exactement l'idée que je me fais de l'humour british, empreint de flegme, de raffinement et de second degré... ça me donne une furieuse envie de redécouvrir mes vieux Bennett... Quel dommage que je ne sois pas capable de les découvrir en VO Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
toun
Album rose


Nombre de messages : 58
Age : 42
Localisation : Barlin
Date d'inscription : 06/07/2011

MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   Mar 23 Aoû 2011 - 13:13

Juste en passant, en rapport avec la traduction de Bennett, "to smell a rat" peut se traduire par "flairer l'embrouille".



Moi aussi, j'adore les livres anglais en V.O. !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO   

Revenir en haut Aller en bas
 
exemple d'une traduction qui perd le comique de la VO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Livres d'enfants :: Anthony Buckeridge-