Livres d'enfants

Livres d'Enid Blyton, Paul-Jacques Bonzon, Anthony Buckeridge...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bennett du mois : Bennett au collège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Pouchky
Invité



MessageSujet: Bennett du mois : Bennett au collège   Lun 3 Avr 2006 - 12:32

Rappel du premier message :

C'est le premier titre de la talentueuse série.
Je vous propose de poster vos commentaires ici.
Je prépare de mon côté mes petites impressions et je reviens!
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
fan_indien
Lycée
avatar

Nombre de messages : 4413
Age : 36
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Lun 20 Fév 2017 - 19:16

Anne a écrit:
fan_indien a écrit:
Il convient de noter qu'Olivier SECHAN était à un moment de sa carrière directeur de collection à HACHETTE-JEUNESSE. C'est dire ! Tiens, à toutes fins utiles, je t'invite à parcourir sa biographie :
http://serge-passions.fr/olivier%20sechan_bio.htm
Merci pour ce lien qui m'avait échappé (ou que je n'avais tout simplement pas vu - le site de Serge est tellement vaste! Very Happy ) Deux choses m'ont fait tilter: la première, c'est

on lui doit les dix-huit volumes de la série de « Bennett » d’Anthony Buckeridge
[font=Trebuchet MS]Moi qui viens de recompter les miens, liste du site de Serge à l'appui, pour savoir si je les avais tous, j'en ai compté 21! Shocked


La biographie d'O. SECHAN mise en ligne sur le site de Serge est digne de foi, car de source sûre : en effet, c'est bien lui, O. SECHAN, qui a assuré la traduction en français de 18 titres BENNETT.

Les 3 autres ont été traduits par Vladimir VOLKOFF, auteur des fameux LANGELOT qu'il a écrits sous le nom de plume de LIEUTENANT X.
Pour les traductions de BENNETT réalisées par ses soins, il s'agit des opus suivants :

- Bennett et Mortimer
- Un ban pour Bennett
- Bennett et le Général

Cela fait 21. Le compte y est ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anne
Lycée
avatar

Nombre de messages : 3501
Age : 42
Localisation : les landes du Nord...
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Lun 20 Fév 2017 - 20:10

Merci beaucoup Sree!

_________________
"Lire est à l'esprit ce que la gymnastique est au corps." (Joseph Addison, 1672-1719)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fan_indien
Lycée
avatar

Nombre de messages : 4413
Age : 36
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Mer 22 Fév 2017 - 14:11

Suite et fin du CHAPITRE II :


VO :

Venables had stopped, unable to think of any more “musn’ts.” But he was not defeated for long.
“Oh, yes,” he added, making up a new rule on the spur of the moment. “If you make a duck in a house match or let a goal through, your name’ll be Mud for the rest of the term.”
“But I always do make a duck,” lamented Darbishire. “I’m no good at games.”
“That’s all right, Darbishire,” said Jennings. “I’ll give you some coaching. I’ve seen the Australians play, so there’s not much about how to play cricket that I don’t know.”
“Don’t swank, Jennings,” said Temple. “I don’t suppose you know anything, really, and it’d be much easier to call Darbishire ‘Mud’, anyway; it’s shorter.”
The discussion was interrupted by a bell ringing in the distance.

Le dialogue ci-dessus est absent en VF. Je l'ai traduit comme suit :

Briggs avait marqué un temps d’arrêt, incapable de penser à d’autres interdits. Mais en garçon qui avait de la suite dans les idées, il ne s’avoua pas vaincu de sitôt*.  
« Ah ! j’y suis, reprit-il, en inventant un nouveau règlement sur le moment. Si on ne marque aucun but dans un match interne, ou si on laisse la balle du lanceur adverse toucher son guichet, le gars est surnommé « saleté » jusqu’à la fin du trimestre.
— Mais justement, il ne m’arrive jamais de réaliser un quelconque point, se lamenta Mortimer. Pour tout dire, je suis nul en sport.
— Qu’à cela ne tienne, Morty, fit Bennett. Je vais te donner de l’entraînement. Figure-toi que j’ai déjà vu jouer les Australiens. Alors, je m’y connais, en cricket.
— Ne crâne pas, Bennett, riposta Morrison. À la vérité, je ne crois pas que tu en saches quoi que ce soit. Et puis, de toute façon, ce sera plus simple d’appeler Mortimer « saleté ». Ça fait plus court. »
Ils en étaient là de leur discussion, quand une cloche, qui retentissait dans le lointain, l’interrompit.


*Suite à la juste remarque de Cedrix en aval du fil, je viens de modifier le temps du verbe "s'avouer" vaincu de l'imparfait au passé simple.


VO :

He (Mr Carter) folded up Darbishire’s clothes for him and waited while he read his prescribed ten verses from the New Testament; then he switched off the light.

VF (éd. IDEAL-BIBLIOTHEQUE) :

Il (M. Carter) rangea lui-même les vêtements de Mortimer, puis éteignit la lumière.  

Ma version :

Il (M. Carter) rangea lui-même le linge de Mortimer, puis il attendit, le temps que le garçon eût lu ses dix versets prescrits du Nouveau Testament. Enfin, il éteignit la lumière.

Fin de l'étude comparative du CHAPITRE II. Au tour du chapitre suivant dès que faire se peut...


Dernière édition par fan_indien le Jeu 23 Fév 2017 - 17:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Cedrix
Lycée
avatar

Nombre de messages : 1584
Age : 44
Localisation : Bourges
Date d'inscription : 01/05/2012

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Mer 22 Fév 2017 - 14:58

fan_indien a écrit:
Suite et fin du CHAPITRE II :


VO :

Venables had stopped, unable to think of any more “musn’ts.” But he was not defeated for long.

Le dialogue ci-dessus est absent en VF. Je l'ai traduit comme suit :

Briggs avait marqué un temps d’arrêt, incapable de penser à d’autres interdits. Mais en garçon qui avait de la suite dans les idées, il ne s’avouait pas vaincu de sitôt.  


VO :

He (Mr Carter) folded up Darbishire’s clothes for him and waited while he read his prescribed ten verses from the New Testament; then he switched off the light.

VF (éd. IDEAL-BIBLIOTHEQUE) :

Il (M. Carter) rangea lui-même les vêtements de Mortimer, puis éteignit la lumière.  

Ma version :

Il (M. Carter) rangea lui-même le linge de Mortimer, puis il attendit, le temps que le garçon eût lu ses dix versets prescrits du Nouveau Testament. Enfin, il éteignit la lumière.
 

Quel boulot, Sree ! Je prends enfin le temps de lire et de comparer les deux langues. Dis-moi, ça te vient facilement, ou tu mets longtemps à traduire un petit texte comme celui-là ?
Je vais me permettre deux remarques : Pourquoi as-tu surtraduit en rajoutant "En garçon qui avait de la suite dans les idées" ? Peut-être pour justifier la fin de la traduction ? (il ne s'avouait pas vaincu ...) Or, la phrase "He was not defeated for long", je l'ai comprise comme un fait spécifique et non pas général, avec donc un passé simple, un peu comme "Mais il ne sécha pas longtemps" ou, pour reprendre ton expression, "Il ne s'avoua pas vaincu très longtemps". Mais peut-être me trompé-je dans la compréhension...
2è remarque : Tu sembles préférer "linge" à vêtements, mais ce mot, "linge", englobe tout ce qui est fait de tissu à usage vestimentaire et domestique. L'anglais "clothes" regroupe-t-il cela ? Le mot "linge" pour "vêtements" me semble plus que désuet. Mais le débat est ouvert avec les membres du forum. Very Happy Very Happy
Et surtout, Sree, continue à nous envoyer des textes inédits de Bennett ! Wink

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fan_indien
Lycée
avatar

Nombre de messages : 4413
Age : 36
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Mer 22 Fév 2017 - 19:24

Cedrix a écrit:
Quel boulot, Sree ! Je prends enfin le temps de lire et de comparer les deux langues. Dis-moi, ça te vient facilement, ou tu mets longtemps à traduire un petit texte comme celui-là ?

Je te remercie pour tes remarques concernant mon étude comparative.     

Pour te répondre, en général, je ne passe pas des heures à traduire les textes comme ceux qui font l'objet de mes analyses, c'est sûr ! et ceci, d'autant moins que je suis traducteur professionnel, et que ça me fait bientôt 15 ans dans le métier ! Maintenant, certains termes peuvent s'avérer difficiles à comprendre et à traduire. C'est le cas des expressions d'après-guerre qui émaillent souvent la VO d'A. BUCKERIDGE. Alors là, il m'arrive de buter sur le sens dudit terme, puis de me creuser la cervelle à la recherche de l'équivalent français le plus approchant.  

Cedrix a écrit:
Je vais me permettre deux remarques : Pourquoi as-tu surtraduit en rajoutant "En garçon qui avait de la suite dans les idées" ? Peut-être pour justifier la fin de la traduction ? (il ne s'avouait pas vaincu ...) Or, la phrase "He was not defeated for long", je l'ai comprise comme un fait spécifique et non pas général, avec donc un passé simple, un peu comme "Mais il ne sécha pas longtemps" ou, pour reprendre ton expression, "Il ne s'avoua pas vaincu très longtemps". Mais peut-être me trompé-je dans la compréhension...

Attention ! Le procédé auquel j'ai eu recours dans ce cas de figure, c'est l'explicitation, et non pas la surtraduction. En tout cas, ta question est pertinente. Mais avant d'y répondre, que je t'explique d'abord ce que c'est que cette méthode de traduction, dite de "l'explicitation" dans le jargon de la traduction, ou plutôt, de la traductologie. "L'explicitation consiste à introduire dans la langue d'arrivée des précisions qui restent implicites dans la langue de départ, mais qui se dégagent du contexte ou de la situation." (Citation tirée de "LA STYLISTIQUE COMPAREE DU FRANCAIS ET DE L'ANGLAIS", ouvrage de Jean-Paul VINAY coécrit par Jean DARBELNET.) A mon avis, la tournure "ne pas s'avouer vaincu" transpose mieux la signification de "not to be defeated", aidée en cela par la suite "for long", que j'ai traduite par "de sitôt" au lieu de par "longtemps". Je n'aurais pas pensé à "sécher" à la place de "not to be defeated", verbe que l'on emploie pour désigner le fait pour un élève ou un étudiant de rater ses cours.

Voici 2 exemples de textes explicités dans la langue cible par rapport à la langue source :

1° Texte de départ :

Workers stay in jobs they hate for fear that a preexisting medical condition will make them ineligible for coverage elsewhere.

Texte d'arrivée :

Les employés gardent un emploi qu'ils détestent de peur que leur passé médical ne les empêche d'être couverts dans une autre entreprise.  

2° Texte de départ :

No parking at any time.

Texte d'arrivée erroné :

Stationnement interdit en tout temps

Texte d'arrivée juste :

Stationnement strictement interdit

A noter que ce n'est pas moi l'auteur des 2 exemples de traductions susmentionnés.

Bon, et bien, avec ces explications, j'espère avoir répondu à ton interrogation.

Cedrix a écrit:
2è remarque : Tu sembles préférer "linge" à vêtements, mais ce mot, "linge", englobe tout ce qui est fait de tissu à usage vestimentaire et domestique. L'anglais "clothes" regroupe-t-il cela ? Le mot "linge" pour "vêtements" me semble plus que désuet. Mais le débat est ouvert avec les membres du forum. Very Happy Very Happy

Aïe ! Tu me poses là une colle ! Tu sais, pour traduire certains mots et expressions, je vais à l'instinct. Pour moi, "vêtements" me paraissant un peu trop banal, je me suis rabattu sur "linge", substantif qui à mes yeux fait mieux passer le sens exact de "clothes" dans le cas qui nous intéresse. D'où mon choix.

Dans ce même ordre d'idées, j'ai traduit "The discussion was interrupted by a bell ringing in the distance" par "Ils en étaient là de leur discussion, quand une cloche, qui retentissait dans le lointain, l’interrompit", alors que j'aurais pu simplement rendre la version simple que voici : "La discussion fut interrompue par une cloche qui sonnait dans le lointain."

Mais bon, à chaque traducteur, son style ! Moi, j'ai adopté le mien !

Voilà, voili, voilou !

Cedrix a écrit:
Et surtout, Sree, continue à nous envoyer des textes inédits de Bennett ! Wink

Je n'y manquerai pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Cedrix
Lycée
avatar

Nombre de messages : 1584
Age : 44
Localisation : Bourges
Date d'inscription : 01/05/2012

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Jeu 23 Fév 2017 - 9:31

fan_indien a écrit:

Cedrix a écrit:
Je vais me permettre deux remarques : Pourquoi as-tu surtraduit en rajoutant "En garçon qui avait de la suite dans les idées" ? Peut-être pour justifier la fin de la traduction ? (il ne s'avouait pas vaincu ...) Or, la phrase "He was not defeated for long", je l'ai comprise comme un fait spécifique et non pas général, avec donc un passé simple, un peu comme "Mais il ne sécha pas longtemps" ou, pour reprendre ton expression, "Il ne s'avoua pas vaincu très longtemps". Mais peut-être me trompé-je dans la compréhension...

Attention ! Le procédé auquel j'ai eu recours dans ce cas de figure, c'est l'explicitation, et non pas la surtraduction. En tout cas, ta question est pertinente. Mais avant d'y répondre, que je t'explique d'abord ce que c'est que cette méthode de traduction, dite de "l'explicitation" dans le jargon de la traduction, ou plutôt, de la traductologie. "L'explicitation consiste à introduire dans la langue d'arrivée des précisions qui restent implicites dans la langue de départ, mais qui se dégagent du contexte ou de la situation." (Citation tirée de "LA STYLISTIQUE COMPAREE DU FRANCAIS ET DE L'ANGLAIS", ouvrage de Jean-Paul VINAY coécrit par Jean DARBELNET.) A mon avis, la tournure "ne pas s'avouer vaincu" transpose mieux la signification de "not to be defeated", aidée en cela par la suite "for long", que j'ai traduite par "de sitôt" au lieu de par "longtemps". Je n'aurais pas pensé à "sécher" à la place de "not to be defeated", verbe que l'on emploie pour désigner le fait pour un élève ou un étudiant de rater ses cours.



Dans ce même ordre d'idées, j'ai traduit "The discussion was interrupted by a bell ringing in the distance" par "Ils en étaient là de leur discussion, quand une cloche, qui retentissait dans le lointain, l’interrompit", alors que j'aurais pu simplement rendre la version simple que voici : "La discussion fut interrompue par une cloche qui sonnait dans le lointain."


Merci de tes réponses, Sree ! Very Happy  Je vais essayer de ne pas "polluer" ce sujet sur Bennet trop longtemps, mais, du coup, je réagis à ta réaction !!
En fait, pour ma première remarque, c'est surtout le temps choisi qui me parait bizarre : entre l'imparfait et le passé simple, je choisis le passé simple puisque je comprends davantage un fait ponctuel : "Il ne s'avoua pas vaincu" (puisqu'une idée lui vient aussitôt) plutôt que l'imparfait pour une caractéristique ("Il ne s'avouait pas vaincu") Il me semble que cela change radicalement le sens.
Quant au verbe "sécher", je l'ai pris ici dans le sens familier de "ne pas savoir répondre à une question" et non pas l'équivalent de "to play truant" ou "to skip a class"


Quant à ta proposition "Ils en étaient là de leur discussion quand ...", j'adhère et j'adore ! C'est tellement naturel, bien tourné. Et c'est exactement ce genre d'idiomes, que je comprends parfaitement, qui me ferait défaut si je devais traduire un texte au débotté (ou même en réfléchissant un peu !) Je manque cruellement, à force de ne pratiquer qu'un oral somme toute assez pauvre (et en écoutant la langue encore plus pauvre autour de moi...), de ces expressions assez élaborées qui permettent à un texte d'être à la fois riche et clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fan_indien
Lycée
avatar

Nombre de messages : 4413
Age : 36
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Jeu 23 Fév 2017 - 16:55

Cedrix a écrit:
fan_indien a écrit:

Cedrix a écrit:
Je vais me permettre deux remarques : Pourquoi as-tu surtraduit en rajoutant "En garçon qui avait de la suite dans les idées" ? Peut-être pour justifier la fin de la traduction ? (il ne s'avouait pas vaincu ...) Or, la phrase "He was not defeated for long", je l'ai comprise comme un fait spécifique et non pas général, avec donc un passé simple, un peu comme "Mais il ne sécha pas longtemps" ou, pour reprendre ton expression, "Il ne s'avoua pas vaincu très longtemps". Mais peut-être me trompé-je dans la compréhension...

Attention ! Le procédé auquel j'ai eu recours dans ce cas de figure, c'est l'explicitation, et non pas la surtraduction. En tout cas, ta question est pertinente. Mais avant d'y répondre, que je t'explique d'abord ce que c'est que cette méthode de traduction, dite de "l'explicitation" dans le jargon de la traduction, ou plutôt, de la traductologie. "L'explicitation consiste à introduire dans la langue d'arrivée des précisions qui restent implicites dans la langue de départ, mais qui se dégagent du contexte ou de la situation." (Citation tirée de "LA STYLISTIQUE COMPAREE DU FRANCAIS ET DE L'ANGLAIS", ouvrage de Jean-Paul VINAY coécrit par Jean DARBELNET.) A mon avis, la tournure "ne pas s'avouer vaincu" transpose mieux la signification de "not to be defeated", aidée en cela par la suite "for long", que j'ai traduite par "de sitôt" au lieu de par "longtemps". Je n'aurais pas pensé à "sécher" à la place de "not to be defeated", verbe que l'on emploie pour désigner le fait pour un élève ou un étudiant de rater ses cours.



Dans ce même ordre d'idées, j'ai traduit "The discussion was interrupted by a bell ringing in the distance" par "Ils en étaient là de leur discussion, quand une cloche, qui retentissait dans le lointain, l’interrompit", alors que j'aurais pu simplement rendre la version simple que voici : "La discussion fut interrompue par une cloche qui sonnait dans le lointain."


Merci de tes réponses, Sree ! Very Happy  Je vais essayer de ne pas "polluer" ce sujet sur Bennet trop longtemps, mais, du coup, je réagis à ta réaction !!

Merci pour les remerciements, Cédric ! Et surtout, dis-toi bien que tu n'es pas en train de polluer le sujet. Bien au contraire ! tes interventions animent la discussion, qui par conséquent se révèle de plus en plus intéressante. Autrement, j'aurais l'impression de me "parler" à moi-même, auquel cas mon enthousiasme aurait été douché.  

Cedrix a écrit:
En fait, pour ma première remarque, c'est surtout le temps choisi qui me parait bizarre : entre l'imparfait et le passé simple, je choisis le passé simple puisque je comprends davantage un fait ponctuel : "Il ne s'avoua pas vaincu" (puisqu'une idée lui vient aussitôt) plutôt que l'imparfait pour une caractéristique ("Il ne s'avouait pas vaincu") Il me semble que cela change radicalement le sens.

A bien y réfléchir, je me rends compte que tu ne te trompes pas. Du coup, je vais apporter la modification dans mon post initial, en mettant une petite note disant que ladite modification a été effectuée suite à ta remarque. Un bon point pour toi !

Cedrix a écrit:
Quant au verbe "sécher", je l'ai pris ici dans le sens familier de "ne pas savoir répondre à une question" et non pas l'équivalent de "to play truant" ou "to skip a class"

Ah, d'accord, je ne savais pas. Mais là encore, une petite vérif prouve que tu as raison.  Wink

Cedrix a écrit:
Quant à ta proposition "Ils en étaient là de leur discussion quand ...", j'adhère et j'adore ! C'est tellement naturel, bien tourné. Et c'est exactement ce genre d'idiomes, que je comprends parfaitement, qui me ferait défaut si je devais traduire un texte au débotté (ou même en réfléchissant un peu !) Je manque cruellement, à force de ne pratiquer qu'un oral somme toute assez pauvre (et en écoutant la langue encore plus pauvre autour de moi...), de ces expressions assez élaborées qui permettent à un texte d'être à la fois riche et clair.

Tant mieux. Tes propos m'encouragent à poursuivre mon travail. Et surtout, comme je te l'ai déjà dit plus haut, n'hésite pas à commenter mes traductions. Tes conseils avisés me sont d'une aide précieuse. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
fan_indien
Lycée
avatar

Nombre de messages : 4413
Age : 36
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Jeu 23 Fév 2017 - 17:06

fan_indien a écrit:
Cedrix a écrit:
En fait, pour ma première remarque, c'est surtout le temps choisi qui me parait bizarre : entre l'imparfait et le passé simple, je choisis le passé simple puisque je comprends davantage un fait ponctuel : "Il ne s'avoua pas vaincu" (puisqu'une idée lui vient aussitôt) plutôt que l'imparfait pour une caractéristique ("Il ne s'avouait pas vaincu") Il me semble que cela change radicalement le sens.

A bien y réfléchir, je me rends compte que tu ne te trompes pas. Du coup, je vais apporter la modification dans mon post initial, en mettant une petite note disant que ladite modification a été effectuée suite à ta remarque.

EDIT : C'est fait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
fan_indien
Lycée
avatar

Nombre de messages : 4413
Age : 36
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Mer 8 Mar 2017 - 16:38

Chapitre III - Bennett se fait une réputation / Jennings Gains a Reputation

Page 29 (en VO) :

“We could just walk down the drive and get a bus to the station and go home. And we could ask Mr Carter for our pounds out of the bank, so’s we could buy our tickets.”
“But I’ve only got nineteen and something.”
“That’ll be masses to buy a ticket with,” Jennings assured him. “I say, it’ll be super exciting, won’t it?”
Darbishire wasn’t at all sure that he was cut out for that sort of excitement.

Page 35 en VF (éd. IB) :

« Il suffira de suivre le chemin, d’aller prendre l’autobus à l’arrêt et de rentrer chez nous. Nous pourrons demander à M. Carter de nous rendre notre argent de poche, et cela paiera les billets.
— Mais moi, il ne me reste que dix-neuf shillings et des poussières.
— Tu as largement de quoi acheter ton billet avec une somme pareille, assura Bennett. Dis donc, ce que ça va être palpitant, n’est-ce pas ? »
La perspective d’entreprendre une aventure si forte en émotions ne souriait guère à Mortimer, d'un naturel timoré. Aussi était-il loin de partager l'enthousiasme de son camarade.


Le texte en bleu n'est pas traduit en VF.

VO (pg. 32) :

On the far side of the quad Jennings and Darbishire held another council of war.
“Well, I s’pose that’s that,” said Darbishire philosophically, ” said Darbishire philosophically. “And I was feeling quite excited about walking with a limp with my collar turned up; I was going to try and look like ‘Dick Barton.’ Of course, I know I wouldn’t look like him really, in school socks – but that sort of chap. Still,” he ended lugubriously, “it’s all a wash-out, now.”
“No, it isn’t,” said the irrepressible Jennings. “We’ve got six pence each; that’s enough to get to the station on the bus.”

En VF (page 37) :

A l’autre bout de la cour, Bennett et Mortimer tinrent un nouveau conseil de guerre.
« Eh bien, voilà ! fit Mortimer philosophiquement. Je suppose que le sort en est jeté. Et moi qui me faisais une joie de marcher en claudiquant, le col de ma veste relevé. J’allais me donner l’apparence de Dick Barton*. Bien sûr, je sais que je ne serais pas ressemblant pour de bon, moi avec mes chaussettes d’écolier. Mais tu vois le genre. »
Et de conclure d’une voix lugubre :
« Mais notre projet est à l’eau, maintenant.  
— Non, dit l’irrépressible Bennett.
Nous avons six pence chacun. Cela suffira pour aller jusqu’à la gare en autobus. »  


A noter que le texte en bleu est passé sous silence en VF.

*Dick Barton, dont il est question ici, est en fait un agent double. Il jouait le rôle principal dans l’émission radiophonique britannique intitulée "Dick Barton : Special Agent". Le traducteur aurait pu conserver le nom de ce personnage en VF et, pour expliquer de qui il s'agit, mettre une note de bas de page.

En VO (page 33) :

The coast was clear. Sounds of activity from the Assembly Hall indicated that the main body of the school was busily engaged in some communal pursuit.

La voie était libre. La rumeur confuse émanant du hall de rassemblement dénotait que le gros des pensionnaires se livrait à quelque activité de groupe.

Encore un passage que M. SECHAN aura omis de traduire !

En VO (pg 33) :

Groping blindly and limping heavily, their sun hats pulled low over their brows, they proceeded down the drive in a series of furtive staggers. Though disguised to the hilt, Mr Carter had no difficulty in recognising them, though he was slightly puzzled as to why they found it necessary to walk as though they were in the last stages of intoxication.
In this manner they passed through the school gates and on to the road. Fortunately, there was no one about, as their antics would have invited investigation by any kindly soul whose heart is wrung by the sight of small boys in physical agony.

Avec force tâtonnements et boitements, leurs chapeaux de soleil inclinés sur le front, les deux garçons descendirent l’allée par petits pas titubants. Malgré leur déguisement, M. Carter n’eut aucun mal à les reconnaître, quoi qu’il fût quelque peu intrigué par la nécessité qu’ils éprouvaient de marcher comme s’ils se trouvaient à un stade avancé de l’ébriété.
Toujours à tâtons et clopin-clopant, Bennett et Mortimer franchirent les grilles du collège et se trouvèrent dans la rue. Fort heureusement, personne ne les avait vus, car sinon, leur manège aurait sûrement attiré l’attention d’une âme charitable qui a le cœur serré au spectacle de jeunes garçons en proie à des douleurs physiques atroces.


Dans la version française (page 38), ce passage manque cruellement de descriptions. Jugez plutôt :

Tâtonnant, boitillant, ils descendirent l'allée, franchirent le portail et se trouvèrent dans la rue.

Etonnant, non ?!

En VO (page 34) :

They hurled themselves behind the inadequate cover of the hedge and waited breathlessly.
“Who is it?” whispered Darbishire, and then spoilt the secrecy of the whisper with a loud yell. “Ow!” he wailed.
“Shut up, you fool!” hissed Jennings.
“But I’m kneeling on a nettle,” groaned Darbishire.
“Keep your head down, you goof, or he’ll see us!” He peered cautiously through a gap in the hedge.
“Oh, heavens!” he gasped. “It’s Mr Carter (...)”

En VF (page 38) :

Tous deux bondirent derrière la haie qui bordait le trottoir, et attendirent en retenant leur souffle. Au bout de quelques instants, Bennett redressa légèrement la tête.
« Catastrophe ! gémit-il. C’est M. Carter (…)

La VF tait la partie où le pauvre Morty est victime de l'ortie derrière la haie ! Cette scène, je la traduis comme suit :

Tous deux se jetèrent derrière le couvert pourtant insuffisant de la haie et attendirent en retenant leur souffle.
« Qui c’est ? » susurra Mortimer.
L’instant d’après, il poussa un hurlement compromettant qui vendit la mèche.
« Ouille ! gémit-il.
— Tais-toi, espèce d’imbécile ! lui siffla Jennings.
— Je me suis fourré une ortie dans le genou, se plaignit Mortimer.
— Ne relève pas la tête, crétin, ou il va nous apercevoir ! »
Bennett risqua un œil par une brèche dans la haie.
« Juste Ciel ! s’exclama-t-il. C’est M. Carter (…)

En VO (page 35) :

As the footsteps receded in the distance, Jennings cautiously raised his head.
“He’s gone,” he whispered triumphantly. “Jolly wizard job he didn’t see us, wasn’t it?”
“Are you sure he didn’t?” inquired Darbishire anxiously.
“ ’Course not; we crouched down, didn’t we? Well, then, he couldn’t have, possibly.”
“Good,” said Darbishire; “I think I’ll get off my nettle now if you don’t mind.”
In the distance they heard a bus approaching.
The bus was a single-decker Southdown and it stopped in response to the frantic signals of the two boys.

En VF (page 40) :

Quand le bruit de ses pas se fut évanoui, Bennett releva prudemment la tête.
« Il a filé ! murmura-t-il sur un ton de triomphe. Quelle chance qu’il ne nous ait pas vus ! »
Deux ou trois minutes plus tard, un autobus stoppait devant eux.

La VF est avare de détails : (voir textes en bleu) :

Quand le bruit de ses pas se fut évanoui, Bennett releva prudemment la tête.
« Il a filé ! murmura-t-il sur un ton de triomphe. Quelle chance qu’il ne nous ait pas vus ! »
— Tu en es sûr ? s’enquérit Mortimer anxieux.
— Mais oui. Nous nous étions tapis, n’est-ce pas ? Alors, il ne nous aurait pas aperçus, c’est impossible.
— Tant mieux, dit Mortimer. Et maintenant, je vais m’enlever cette satanée ortie si tu me le permets. »
Le bruit d’un bus qui s’approchait se fit entendre dans le lointain.
C’était un véhicule sans impériale, de la compagnie Southdown. Il s’arrêta obligeamment en réponse aux signes frénétiques que lui adressèrent les deux acolytes.

Les textes apparaissant en bleu n'ont pas été traduits dans la version française. En l'occurrence, c'est moi qui m'en suis chargé.

Conclusion : C'est fou ce que le lecteur rate dans la version française. Si la qualité de la traduction est irréprochable, on peut déplorer le fait que le texte intégral soit recoupé en France.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
fan_indien
Lycée
avatar

Nombre de messages : 4413
Age : 36
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Bennett du mois : Bennett au collège   Mer 8 Mar 2017 - 19:08

Voici la suite :

En VO (page 36) :

“He’s sitting right at the back,” he reported in a whisper, “and he hasn’t seen us.”
“Oh, golly, we shouldn’t have done this,” groaned Darbishire. “There’ll be an awful row. My father says, ‘Oh, what a tangled web we weave – ’ “
“He’s looking out of the window. If those two fat ladies don’t get off, he won’t know we’re here. What were you saying?”
“ I was saying, ‘Oh, what a tangled web we weave, when we first practise to deceive.’”
“Oh, shut up,” retorted Jennings. “Here we are, in the middle of the most frantic jam and you start spouting proverbs!”
“Sorry, Jen,” said Darbishire humbly. It was only what my father – “
“Listen,” whispered Jennings, “we’ll go on crouching like this, and keep our heads down till Mr Carter gets off; then, we’ll be all right.”

En VF (page 41) :

« Il est assis au fond, chuchota-t-il, et il ne nous a pas vus.
— Mince, alors, gémit Mortimer. Jamais nous n’aurions dû déserter l’école comme nous sommes en train de le faire. Il va y avoir un ouin-ouin terrible. Mon père dit toujours : « Quand on s’exerce à tricher…
— Le voilà qui regarde par la fenêtre. Si ces deux grosses dames ne descendent pas, il ne s’apercevra pas de notre présence. Mais qu’est-ce donc que tu racontais tout à l’heure ?
— Ceci :
« Quand, dès le départ, on s’exerce à tricher,  
« c’est dans une toile enchevêtrée
« que l’on finit par se retrouver.
— Tais-toi, rétorqua Bennett. Nous voici dans le pétrin jusqu’au cou, et tu choisis ce moment pour déclamer des proverbes !
— Je regrette, Ben, s’excusa Mortimer humblement. Je ne faisais que répéter ce que mon père…
— Écoute-moi plutôt, chuchota Bennett.
Nous n’avons qu’à rester comme ça jusqu’à ce qu’il descende ; après, tout ira bien. »

Le traducteur (ou est-ce l'éditeur ?) a pratiqué encore des coupes lors de la traduction. Le texte en bleu indique la partie supprimée.

En VO (page 37) :

Several times the bus stopped. Passengers came and went, but Mr Carter remained; the combined wishful thinking of Jennings and Darbishire was quite unable to budge him. Three times new passengers advanced to the front seat, believing it to be empty, and were startled by the crouching figures who mimed at them to go away.

En VF (page 41) :

L’autobus s’arrêta à plusieurs reprises. Des passagers montèrent ou descendirent, mais M. Carter ne bougeait pas. Les vœux pieux conjugués de Bennett et de Mortimer ne purent le faire déloger. Par trois fois, de nouveaux passagers se dirigèrent vers la place assise à l’avant, la croyant libre. Quelle ne fut pas leur surprise quand, arrivés à sa hauteur, les deux garçons accroupis leur firent signe de s’éloigner.

Il en va de même du passage ci-dessus, qui n'a été que partiellement traduit. J'ai surligné en bleu les recoupements.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Bennett du mois : Bennett au collège
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Livres d'enfants :: Vos livres du mois :: Le "Bennett" du mois-