Livres d'enfants

Livres d'Enid Blyton, Paul-Jacques Bonzon, Anthony Buckeridge...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sur Enid Blyton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Admin-Serge
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 9179
Age : 68
Localisation : Normandie - Cotentin - Cherbourg
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Sur Enid Blyton   Lun 25 Sep 2017 - 12:18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serge-passions.fr/livres_d_enfants.htm

AuteurMessage
joyadamson
Galaxie
avatar

Nombre de messages : 4682
Age : 68
Localisation : Béthune. 62400
Date d'inscription : 27/10/2009

MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   Jeu 2 Nov 2017 - 15:30

Merci Sree pour ton travail de traduction, dès ce soir, je vais tout lire... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joyadamson
Galaxie
avatar

Nombre de messages : 4682
Age : 68
Localisation : Béthune. 62400
Date d'inscription : 27/10/2009

MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   Jeu 2 Nov 2017 - 20:01

C'est fait, j'ai lu tes traductions Sree, c'était quand même  une drôle de personne, je l'adore en tant qu'auteur, mais en tant que femme et mère, ça me laisse un peu pantoise de lire qu'elle écrivait 8 heures par jour pour ravir les enfants des autres et ne gardait qu'une heure pour ses propres filles......et cette facilité à rentrer dans un monde imaginaire pour écrire d'un jet de plume toute une histoire  (enfin un jet de plume c'est une façon de parler puisqu'elle tapait ses histoires avec une machine à écrire), en fait c'est très intéressant.
Ce que je ne savait pas non plus c'est qu'en 1963, on fit interdire ses livres dans les bibliothèques ainsi que dans des pays comme l'Australie et la Nouvelle Zélande:
En 1963, un conseil d’arrondissement londonien fit interdire ses livres à la suite de plaintes formulées par le bibliothécaire municipal local. « Leur écriture est en général malhabile et ils n’apportent rien à l’imaginaire de l’enfant ni à son horizon mental »,
C'est incroyable....surprenant même......   


Dernière édition par joyadamson le Ven 3 Nov 2017 - 10:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin-Serge
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 9179
Age : 68
Localisation : Normandie - Cotentin - Cherbourg
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   Ven 3 Nov 2017 - 10:06

fan_indien a écrit:
fan_indien a écrit:
Je vous annonce la publication ce jour sur le site de Serge de la traduction en français de la biographie d'Enid BLYTON. Vous pouvez la lire à cette adresse : [url=http://serge-passions.fr/c5 biographie d Enid Blyton -Histoire de sa vie.html]http://serge-passions.fr/c5%20biographie%20d%20Enid%20Blyton%20-Histoire%20de%20sa%20vie.html[/url]

L'article original en anglais est hébergé sur le site de l'ENID BLYTON SOCIETY. C'est Anita BENSOUSSANE qui l'a rédigé et c'est moi qui l'ai traduit en français.

Bonne lecture.

Je suis en train d'apporter quelques rectifications à la traduction que j'avais faite de la biographie en anglais d'Anita BENSOUSSANE. J'ai profité de l'occasion pour augmenter cette traduction de plusieurs ''notes de traducteur'', destinées à faciliter la compréhension du lecteur francophone de certains éléments que les non-anglophones ne maîtrisent pas forcément. Ma nouvelle traduction sera dispo d'ici très peu, le temps que j'aie terminé d'y mettre la dernière main. Patience !

Merci de ne pas m'envoyer les modifs à faire, mais de faire ces modifs sur ton fichier, et de m'envoyer celui-ci modifié. J'ai été contraint de changer de logiciel d'édition HTML, et cela pose quelques soucis (doublonnage de balises, erreurs, etc. ) ... et puis le langage html ne fait pas toujours bon ménage avec docx...
Mieux vaut changer tout le fichier que de farfouiller dans le code. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serge-passions.fr/livres_d_enfants.htm
Cedrix
Galaxie
avatar

Nombre de messages : 1811
Age : 44
Localisation : Bourges
Date d'inscription : 01/05/2012

MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   Sam 4 Nov 2017 - 9:17

fan_indien a écrit:
Dans ce cas, faut absolument que tu lises cet article sur la langue française :
http://www.lemonde.fr/livres/article/2010/12/02/cette-horrible-langue-francaise_1447780_3260.html

Comment expliquer alors que de si beaux textes aient été écrits en français ?


Effectivement, je trouve les reproches faits au français à une certaine époque un peu rudes... Et je ne peux pas vraiment comparer avec d'autres langues... Il me semble que l'anglais est la langue qui possède le plus grand nombre de mots, ayant emprunté à deux grandes familles : les langues germaniques et les langues latines.



Quant à la traduction, cela fait belle lurette (tiens, une expression vieillotte, que les nouvelles générations ne connaissent peut-être pas) que je n'en ai pas fait, et j'ai perdu tous mes réflexes. Aussi ne pourrais-je pas vraiment proposer d'alternative aux traductions de Sree. Car il est vrai que je trouve parfois que certains termes ou tournures qu'il utilise sonnent un peu faux car trop vieillis, et donc très peu utilisés dans les publications actuelles. Je m'en rends compte en ce moment en lisant "Alice in Wonderland", où je trouve certaines expressions apprises à l'université, à travers la littérature, mais jamais entendues ailleurs, et d'autres que je n'ai même jamais lues avant... Toujours est-il que trouver le mot juste, dans une structure à la fois respectueuse de la langue originale, syntaxiquement correcte et claire à la fois, doit parfois être casse-tête ! Donc, respect, Sree ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur X
Galaxie
avatar

Nombre de messages : 2220
Age : 51
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 27/03/2011

MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   Sam 4 Nov 2017 - 10:52

Je n'avais pas lu cet article sur le français et, tout comme Cédrix, je n'en partage que modérément la teneur... tout comme l'auteur d'ailleurs qui, selon moi, ne fait que rapporter des avis sans les partager pleinement.
Oui le français n'est pas très mélodieux, particulièrement au niveau de la phrase, mais aussi des mots ("moustique" sonne plus plat que "mosquito"). Il est vrai que " rendez-vous " prononcé par les anglais est bien plus joli qu'en français. Mais quand même ! la musicalité de "cucurbitacée" ou de "rhododendron" me semble indéniable ! (essayez avec des enfants ou des étrangers pour voir...  Wink )
Oui le français est peut-être plus rigide que bon nombre d'autres langues (mais je ne suis pas assez cultivé pour en parler sereinement).
Mais reprocher au français de ne pas rendre "l'ordre affectif des sensations" au titre de sa construction grammaticale me semble stupide. On ne peut pas être à la fois la langue de la raison et celle de l'affectif, du sensuel ! On ne peut être tout et son contraire ! Il faut reconnaître que la construction Sujet/Verbe/Complément n'engage peut-être pas à la rêverie, mais en tout cas elle est bigrement logique et donc efficace.
Au cours des âges nos poètes et écrivains s'en sont plus que bien accommodés me semble-t-il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fan_indien
Galaxie
avatar

Nombre de messages : 4450
Age : 36
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   Sam 4 Nov 2017 - 14:29

Voici la traduction de la biographie d'Enid Blyton retravaillée par mes soins. Serge va la mettre en ligne sur son site. En attendant, vous en avez la primeur, ici :

Bonne lecture !

BIOGRAPHIE D’ENID BLYTON, OU L’HISTOIRE DE SA VIE


Par Anita BENSOUSSANE





1 - LES PREMIÈRES ANNÉES DE SA VIE FAMILIALE

Enid Mary Blyton naît le 11 août 1897 au 354, Lordship Lane, dans un trois pièces situé au-dessus d’une échoppe de l’East Dulwich, dans le sud de Londres. Peu après sa naissance, ses parents s’installent à Beckenham dans le Kent. C’est là que, au fil des années, et au gré de différents déménagements, Enid Blyton passera son enfance. Elle a deux petits frères : Hanly, qui naît en 1899, puis Carey, qui, lui, voit le jour en 1902.

2 - SON PÈRE, THOMAS CAREY BLYTON

Le père d’Enid, prénommé Thomas, est représentant en coutellerie au début de sa carrière. Par la suite, il s’associera à son oncle, dans la firme duquel il sera négociant en tissus du Yorkshire. Puis, plus tard, il s’établira à son compte en tant que grossiste de l’habillement. La relation de Thomas avec sa fille est proche et aimante. Tous les deux sont châtains, ont les yeux bruns et vifs, sont animés par un égal appétit pour le savoir et croquent la vie à pleines dents. Ils goûtent beaucoup les balades dans la nature, le jardinage, le théâtre, les beaux-arts, la musique et la littérature, auxquels ils s’adonnent l’un en compagnie de l’autre. Lorsque, étant bébé, Enid contractera la coqueluche et que l’on craindra pour elle qu’elle ne vienne à mourir avant le lendemain matin, son père, faisant fi de l’avis du pédiatre, passera une nuit blanche à la bercer et, par ses soins, il lui fera recouvrer la santé.      

Enid apprend beaucoup de son père notamment à propos de la nature. Dans son autobiographie intitulée « The Story Of My Life1 », parue en 1952, elle écrira :

« Mon père adorait la campagne, les fleurs, les oiseaux, les animaux sauvages. Il en savait plus long que n’importe quelle personne que j’aie jamais rencontrée. Qui plus est, il n’hésitait jamais à m’emmener avec lui dans ses expéditions. Enfin, il me faisait partager sa passion et ses connaissances.

Je trouvais cela merveilleux. La meilleure façon de s’instruire sur la nature, c’est de partir se promener sous la conduite de quelqu’un qui s’y connaît vraiment. »

Thomas enseigne aussi à sa jeune fille des leçons qui lui seront utiles dans la vie quotidienne. Un jour qu’elle exprimera le désir de semer des graines dans le carré du jardin qui est le sien propre, il conclura un marché avec elle, en lui tenant ce petit discours :

« Quand on souhaite quelque chose très fort, il faut travailler pour l’obtenir. Je te donnerai de quoi te payer des graines à condition que tu les mérites. Je veux que ma bicyclette soit nettoyée, et bien nettoyée. Je veux aussi que ce parterre-là soit désherbé. Si tu t’acquittes convenablement de ces tâches, qui valent bien six pence à mes yeux, alors tu pourras employer cette somme d’argent à acheter tes paquets de graines. »

Ces semis enchantent Enid, tout autant que les fleurs qui s’en épanouissent, à plus forte raison qu’elle a travaillé pour se les procurer. La satisfaction qu’elle en éprouve réside en partie dans le fait qu’elle les aura eu gagnés à la force du poignet.

3. ENID ET SA MÈRE THERESA MARY BLYTON (née HARRISON)

Autant Enid aime son père, autant ses relations avec sa mère, Theresa, sont houleuses. L’auteure de ses jours est une femme de haute taille, aux cheveux couleur aile de corbeau, et dont l’univers est centré autour des travaux ménagers. Elle n’a ni la veine créatrice ni le tempérament d’artiste de son époux Thomas, dont elle ne partage point les passions. Theresa attend de sa fille qu’elle l’épaule dans les tâches ménagères. En revanche, elle lâche la bride à ses fils, ce que voyant, Enid éprouvera de la rancœur envers sa mère, car elle n’a rien d’une « ménagère ». Theresa, en véritable fée du logis, attache beaucoup d’importance à l’aspect de son intérieur. De surcroît, elle mène sa fille à la baguette. Elle ne voit donc pas d’un bon œil les longues heures qu’Enid consacre aux randonnées pédestres, à la lecture et aux autres passe-temps, alors que le travail ne manque pas à la maison, pas plus qu’elle ne comprend pourquoi son mari incite leur fille à se livrer à de telles activités.

4 - SES PREMIÈRES ANNÉES D’ÉCOLE

Enid débute sa scolarité en allant en classe dans une maison transformée en école qui se nomme « Tresco ». Ce petit établissement, dirigé par deux bonnes sœurs, se situe quasiment en face de chez les BLYTON. Adulte, voici ce qu’Enid dira de son « alma mater » :

« Je me souviens de tout le concernant : de sa salle d’étude, de son jardin, des images sur les murs, des petites chaises, du chien qu’il y avait là, et même des odeurs délicieuses que l’air apportait depuis la cuisine jusque dans notre classe pendant que nous faisions la dictée. Je me rappelle comment nous mangions des biscuits à l’heure de la pause-collation en milieu de matinée - nous nous les échangions les uns avec les autres - et comme nous détestions un petit garçon qui était particulièrement habile à troquer de petits biscuits contre des gros. »    

Ses jours à Tresco la remplissent de bonheur. C’est une élève intelligente, douée d’une bonne mémoire et qui excelle dans les arts plastiques et dans l’étude de la nature. En revanche, elle est brouillée avec les mathématiques.

5 - SES JEUX D’ENFANCE

Parmi les jeux que pratique la jeune Enid, on peut citer les Peaux-Rouges, et les gendarmes et les voleurs. Elle joue aussi à construire des cabanes, fait du cerceau et des parties de toupies ou de billes. À l’intérieur, elle joue aux échelles et aux serpents, aux cartes, aux dames et aux échecs. Son père estime que tous les enfants auraient intérêt à apprendre à jouer aux échecs parce que « (…) pour peu qu’ils aient du plomb dans la cervelle, cela les entraînera à réfléchir avec beaucoup de clarté et de rapidité, à faire des projets longtemps à l’avance. Et si, en revanche, ils ont une cervelle de moineau, ça leur permettra tout de même d’en tirer profit au mieux de leurs capacités. »
 
6 - SES LECTURES D’ENFANCE

Enid adore lire. « WATER BABIES2 » de Charles KINGSLEY, « BLACK BEAUTY » d’Anna SEWELL et « LITTLE WOMEN3 » de Louisa M. ALCOTT figurent au nombre des ouvrages qu’elle lira. Voici ce qu’elle dit des personnages de ce dernier roman :

« Ces enfants-là étaient réels. Je me disais : « Plus tard, j’écrirai des livres sur des enfants réels, moi. Voilà le genre d’histoire qui me plaît le plus. Voilà le genre de livre que je saurais écrire. »

Enid apprécie beaucoup aussi les mythes et les légendes, les poèmes, les anthologies annuelles, les revues comme le Strand Magazine ou le Punch. Elle sera tout particulièrement fascinée par la « CHILDREN’S ENCYCLOPÆDIA4 » d’Arthur MEE :

« Elle me donna envie de tout savoir, tout connaître. Elle m’enseigna beaucoup, presque autant, sinon plus, que ce que j’appris à l’école. »

Enid trouve les contes de fée de GRIMM « cruels et effrayants ». Et, quoi qu’elle savoure la lecture des histoires de Hans Christian ANDERSEN, elle juge certaines d’entre elles d’une tristesse infinie. Les récits d’ « ALICE » de Lewis CARROLL et « THE CORAL ISLAND5 » de R. M. BALLANTYNE font partie de ses coups de cœur livresques. Mais celui qu’elle préférera par-dessus tous, et qu’elle lira et relira au moins une dizaine de fois, c’est THE PRINCESS AND THE GOBLIN6 de George MACDONALD.

« Ce n’était pas tant l’histoire en elle-même que l’étrange ressenti du conte, « l’atmosphère », comme on l’appelle, qui m’avait plu. Je la sentais qui planait sur moi pendant assez longtemps, et elle me faisait frissonner agréablement. »

7 - SES ANNÉES DE LYCÉENNE

En 1907, Enid BLYTON fait son entrée à l’école de filles SAINT CHRISTOPHER de Beckenham. À la différence de tant de personnages de ses romans, elle, n’est pas pensionnaire, mais externe. Intelligente, populaire et amusante, Enid se lance corps et âme dans sa vie d’écolière. Au cours des années qu’elle passe à fréquenter cet établissement scolaire, elle organise des concerts, fait des farces aux unes et aux autres, devient championne de tennis et capitaine de l’équipe de crosse. Elle remporte des prix dans plusieurs matières scolaires, notamment en composition anglaise. Dans ses deux dernières années à SAINT CHRISTOPHER, elle est nommée monitrice principale.

En dehors de ses heures de classe, Enid et deux de ses amies - Mary ATTENBOROUGH et Mirabel DAVIS - fondent une revue qu’elles baptisent DAB, et pour laquelle Enid écrira des histoires courtes. Le titre de cette revue est composé des initiales des noms de ses contributrices : DAVIS-ATTENBOROUGH-BLYTON.

En 1913, Enid passe ses premières vacances à l’étranger chez l’une de ses enseignantes de français, Mlle Louise BERTRAINE, dans sa demeure d’Annecy, en France.

8 - LA SÉPARATION DE SES PARENTS

Thomas et Theresa ont peu ou prou d’atomes crochus l’un avec l’autre, et, au fil des années, ils deviennent de plus en plus frustrés et malheureux en ménage. Ils se disputent fréquemment et violemment, provoquant ainsi une grande détresse chez leurs enfants. Le soir, Enid, Hanly et Carey s’assoient en haut des marches de l’escalier, leurs bras passés autour des épaules les uns des autres pour se donner du courage, tout en écoutant les éclats de voix de leurs parents. Un soir, alors qu’Enid n’a pas encore treize ans, elle et ses frères entendent leur père annoncer d’un ton colérique qu’il allait quitter le domicile familial à tout jamais pour ne plus revenir. C’est alors qu’elle apprend, avec horreur et consternation, qu’il a une autre femme dans sa vie, une certaine Florence Agnes DELATTRE, secrétaire de son état, et que dorénavant, il allait vivre avec elle.

Les ruptures conjugales étant considérées comme scandaleuses dans les faubourgs de Beckenham en 1910, Theresa oblige Enid et ses frères à simuler, si on les interrogeait sur leur père, qu’il est simplement absent. Ce faux-semblant, qu’ils affecteront pendant des années, fera qu’Enid aura tendance à étouffer ses moindres contrariétés sous des dehors factices — habitude qu’elle conservera toute sa vie — et à faire bonne figure. Ces expériences traumatiques seront le sujet d’un roman qu’elle écrira en 1951 : « THE SIX BAD BOYS7 ».            
Le départ paternel lui sera pénible à supporter. Elle y voit un rejet de sa propre personne. Des années plus tard, à l’époque où elle a de la peine à tomber enceinte après son mariage, on lui découvrira un utérus sous-développé, de la taille de celui d’une fille de douze ou treize ans. On a avancé que le traumatisme causé par le départ de son père aurait eu des effets à long terme sur son développement physique aussi bien qu’affectif.

9 - SES ÉCRITS INITIAUX

Privée du soutien de son père dont elle s’inspirait, Enid est désormais plus que jamais sous la férule de sa mère, avec qui elle est à couteaux tirés. Pour tromper son désarroi, elle prend l’habitude de s’enfermer dans sa chambre et d’écrire de manière compulsive. À force, elle se façonnera un modèle d’écriture qui lui servira à l’âge adulte. Elle a l’imagination vive et vient de se découvrir une vocation d’écrivaine. Aussi met-elle à profit chaque minute de libre pour aiguiser son talent. Sa mère désespère d’elle, rejetant en bloc ses œuvres, qu’elle compare à des gribouillages. Enid n’en continue pas moins d’envoyer nombre d’histoires et de poèmes de sa composition à différents magazines, dans l’espoir de les voir publiés. Toutefois, à l’exception d’un seul poème, qui sera imprimé par Arthur MEE dans son magazine alors qu’Enid est âgée de quatorze ans, la chance la boude à ce stade, les notes de refus qu’elle reçoit se comptant par centaines. De l’avis de sa mère, ses efforts sont du temps perdu, de l’argent gâché. Mais Enid n’en a cure et, à l’instigation de Mabel ATTENBOROUGH, qui est la tante de Mary sa compagne d’école, devenue sa complice et sa confidente, elle persévèrera dans cette voie.

10 - ENID ET LA MUSIQUE

Vers la fin de l’an 1916, Enid est sur le point de commencer ses études à la GUILDHALL SCHOOL OF MUSIC8. Elle a un don naturel pour la musique et sa famille a toujours présumé qu’elle deviendrait musicienne professionnelle à l’instar de la sœur de son père May CROSSLAND. Tout au long de son enfance, Enid passera beaucoup de temps à s’entraîner au piano, mais en grandissant, elle rechigne à dévouer des heures à jouer de cet instrument de musique auquel elle préfère l’écriture. Elle est consciente du fait que son vrai talent consiste à raconter des histoires. Seulement, elle a beau faire, il lui est impossible d’en convaincre les siens.

11 - SA FORMATION D’INSTITUTRICE

C’est après une courte période d’enseignement du catéchisme pendant l’été 1916, lors d’un séjour qu’elle effectue chez des amis de Mabel ATTENBOROUGH à SECKFORD HALL près de WOODBRIDGE dans le Suffolk, qu’Enid a soudain un déclic. Elle décide de se désinscrire de l’École supérieure de musique de GUILDHALL et de devenir normalienne à la place. Cela lui permettra d’étudier de près les enfants, à l’intention desquels elle se sent l’envie d’écrire et au contact desquels elle pourra apprendre à se familiariser avec les centres d’intérêt juvéniles.    

Enid ne perd pas de temps à mettre son projet à exécution. Dès la rentrée de l’an 1916, elle se porte candidate à un cours de formation pour instituteurs basé sur la méthodologie de Fröbel9 et dispensé à l’école d’enseignement secondaire d’Ipswich. Entretemps, les choses ont tourné au vinaigre entre elle et sa mère Theresa. C’est à cette époque de sa vie qu’Enid rompt tous liens avec elle, débarquant chez les ATTENBOROUGH pour passer ses vacances estudiantines au lieu de retourner à la maison auprès de sa mère et de ses frères. En revanche, elle gardera le contact avec son père en lui rendant visite dans son bureau à Londres. Par contre, elle ne peut se résoudre à accepter Florence, avec qui son père a trois enfants. Aussi son père et elle ne sont-ils désormais plus aussi liés qu’avant.

12 - SA PREMIÈRE PUBLICATION (RE)CONNUE

En 1917, « Have You…? » sera l’un des poèmes d’Enid à être accepté pour publication par le NASH’S MAGAZINE. Puisqu’on n’a pu trouver trace de deux de ses poèmes précédemment publiés, dont un qui l’a été dans le « ARTHUR MEE MAGAZINE », « Have You…? » constitue de ce fait la première publication notoire de l’œuvre blytonienne.

13 - L’ENSEIGNEMENT

Enid se révèle une maîtresse d’école sachant faire preuve d’énergie et d’inventivité. À l’issue de sa formation, laquelle prend fin en décembre 1918, elle professe pendant un an dans une école préparatoire de garçons, la « BICKLEY PARK SCHOOL » dans le Kent. Ensuite, elle devient gouvernante auprès des quatre frères THOMPSON, qui sont apparentés à Mabel ATTENBOROUGH, à SOUTHERNHAY. C’est le nom de leur maison, sise à Surbiton, dans le Surrey. Elle y demeurera quatre ans, au cours desquels nombre d’enfants du voisinage lui passeront entre les mains dans le cadre de ce qu’elle appelle son « école expérimentale ». Les fiches de cours qu’on trouve dans l’historiette « Miss Brown’s School » publiée dans le ENID BLYTON’S BOOK OF THE YEAR10 en 1941 ne sont donc certainement pas étrangères à ses années d’institutrice dans sa propre petite école de Surbiton. Beaucoup plus tard, elle décrira ces années-là comme ayant été parmi les meilleures de sa vie.

14 - LE DÉCÈS DE SON PÈRE

Cette époque de son existence a beau être heureuse dans l’ensemble, toujours est-il que ce sera en 1920, alors qu’Enid est encore enseignante à Southernhay, qu’elle apprendra la mort de son père, décédé subitement des suites d’un infarctus du myocarde survenu au cours d’une partie de pêche sur la Tamise. Du moins, voilà la nouvelle qu’on lui annoncera. Mais la vérité est toute autre : il a fait un accident vasculaire cérébral et en est mort dans son fauteuil chez lui à Sunbury, où il vivait avec Florence et sa famille nouvellement fondée. Il s’avère que les conditions véritables de son décès n’ont jamais été rendues publiques, par délicatesse envers Theresa restée très discrète au sujet de la rupture de sa vie conjugale.

Enid continue à rendre visite à son père dans son bureau londonien, même si elle se tient à distance du reste des membres de sa famille. Aussi la nouvelle de la mort de son père a-t-elle dû lui porter un coup terrible. En dépit de cela, elle ne participera pas à ses obsèques, pas plus qu’elle ne fera part aux THOMPSON de la survenance de cet évènement. La raison de son mutisme pourrait s’expliquer par le fait que, s’étant coupée des siens, elle n’aura pas eu le courage de faire face à un moment aussi difficile et aussi fort en émotions, ni de répondre à des questions embarrassantes de la part de sa famille ou de ses patrons. Ou alors, ç’aura été là sa manière à elle de surmonter son chagrin, c’est-à-dire en refoulant ses émotions, ainsi qu’on le lui a appris dans son enfance.

15 - SON SUCCÈS EN TANT QU’ÉCRIVAINE

Enid persévère dans son écriture et, au début des années 1920, elle a le vent en poupe. Des périodiques, dont le TEACHER’S WORLD11, acceptent de publier ses histoires et ses articles. Elle compose aussi des vers pour des cartes de vœux. L’année 1922 voit la sortie en librairie de son premier ouvrage « CHILD WHISPERS12 », mince recueil de poésie, puis, en 1923, deux autres de ses livres paraissent, de même que plus de 120 articles dont des histoires courtes, des vers, des critiques et des pièces de théâtre.

16 - SON MARIAGE AVEC HUGH ALEXANDER POLLOCK

Le 28 août 1924, Enid BLYTON se marie avec Hugh Alexander POLLOCK, alors rédacteur au sein du service publication chez l’éditeur GEORGE NEWNES. Ils se rencontrent pour la première fois le jour où cette maison d’édition s’adresse à Enid pour lui commander l’écriture d’un livre pour enfants sur le Zoo londonien, qui paraîtra en 1924 sous le titre : « THE ZOO BOOK13 ». Né et élevé à Ayr, en Écosse, Hugh rejoint le « Fusiliers royaux écossais » au début de la Première Guerre Mondiale, et est récipiendaire en 1919 de « l’Ordre du Service distingué ». Il met un terme à son premier mariage quand il s’aperçoit que sa femme a une relation extraconjugale, mais il doit attendre son divorce d’avec elle pour pouvoir épouser Enid.

Le mariage a lieu au bureau d’état-civil de Bromley. La noce se déroulera sans tambour ni trompette, car nul membre de la famille de la mariée n’y sera présent, ni aucun de celle du marié non plus. Le couple passe sa lune de miel sur l’île anglo-normande de Jersey, dont le château et la localité, qu’il visite là-bas, fournissent à Enid le cadre du futur village de Kirrin14 des FAMOUS FIVE15. Dans la foulée de leur mariage, Enid et Hugh habiteront tout d’abord un appartement situé à CHELSEA. C’est en 1926 qu’ils emménagent à Beckenham, dans leur première demeure nouvellement bâtie qui porte le nom d’ « ELFIN COTTAGE ».    

17 - PREMIÈRES ŒUVRES ET PREMIÈRE « NOUVELLE » :

Dans les années 1920 et 30, Enid BLYTON travaille, entre autres choses, à la rédaction de nombreux ouvrages didactiques. Dès 1926, elle se met à écrire et à éditer un magazine à parution bimensuelle : le « SUNNY STORIES FOR LITTLE FOLKS16 » qui, en 1937, paraîtra hebdomadairement. Par la même occasion, le titre de ce périodique sera rebaptisé ENID BLYTON’S SUNNY STORIES17, pour finalement devenir SUNNY STORIES18. Le premier roman digne de ce nom que l’on peut créditer à Enid, c’est le ENID BLYTON BOOK OF BUNNIES19, sorti en1925. Son titre sera changé plus tard en THE ADVENTURES OF BINKLE AND FLIP20. Seulement, ce livre est à caractère épisodique, c’est-à-dire qu’on peut le lire au même titre qu’un recueil de récits individuels sur deux lapins fripons. C’est donc son ouvrage intitulé « THE ENID BLYTON BOOK OF BROWNIES21 », paru en 1926, qui mérite vraiment le qualificatif de roman. Ce sera son premier.

En 1927, Hugh réussit à persuader Enid de se mettre à la machine à écrire. Jusqu’alors, elle compose ses manuscrits en écriture courante. Hugh contribuera hautement à aider sa femme à s’imposer comme écrivaine en faisant paraître ses histoires chez NEWNES et sans doute aussi à l’initier aux contrats et à l’aspect « bizness » de son travail.  

18 - SA VIE À ELFIN COTTAGE

Durant les premières années de leur mariage, Hugh et Enid vivent en toute quiétude, et coulent des jours heureux. Ils passent agréablement leurs moments de loisirs à jardiner, à sortir au spectacle22 et à prendre des vacances au bord de la mer. Hugh encourage le côté enjoué et enfantin de son épouse. Suivant les saisons, ils bâtiront ensemble des bonshommes de neige, joueront à la balle et feront des parties de cricket à la française23 ou de conkers24 au jardin.

19 - SA VIE À OLD THATCH (LA VIEILLE CHAUMIÈRE)

En 1929, le couple élit domicile à « OLD THATCH » qui est une chaumière vieille de quatre cents ans, ceinte d’un ravissant jardin, et sise à proximité de la Tamise, à Bourne End dans le comté de Buckinghamshire. Enid la comparera à une maison de conte de fée. C’était autrefois une auberge, où DICK TURPIN25 aurait couché et où il aurait mis son cheval Black Bess à l’écurie. On racontait également qu’un trésor était caché quelque part dans l’enceinte de la propriété, mais malgré les recherches, il demeurera introuvable.

À la Vieille Chaumière, Hugh et Enid commencent à mener une vie sociale, ponctuée de soirées mondaines et de parties de tennis ou de bridge. En octobre 1930, le couple part en croisière pour Madère et les Îles Canaries à bord du Stella Polaris26. Ces vécus, restés dans la mémoire d’Enid jusque dans leurs moindres détails, fourniront matière à des romans qu’elle écrira des années plus tard – The Pole Star Family27 et The Ship of Adventure28 – sortis en 1950 l’un comme l’autre.        

20 - SES ANIMAUX FAVORIS

Étant enfants, Enid et ses frères n’ont pas la permission d’avoir des bêtes domestiques. Leur mère n’a pas beaucoup de tendresse pour les animaux. Leur père, soucieux de la propreté de son jardin, craint les dégâts qu’un chien ou un chat risque d’y faire. Un jour, Enid avait trouvé un chaton égaré qu’elle avait ramené à la maison et qu’elle avait baptisé Chippy. Ce petit chat, elle l’avait gardé pendant deux semaines à l’insu de ses parents, mais le jour où sa mère avait découvert le pot-aux-roses, ce chaton avait été renvoyé. Enid se rattrapera à l’âge adulte, en s’entourant de quantité d’animaux familiers : des chiens, des chats, des poissons rouges, des hérissons, des tortues, des pigeons-paons, des poules, des canards et bien d’autres encore. L’un de ses animaux de compagnie les plus connus est un fox-terrier du nom de BOBS. Enid tient une rubrique dans le « TEACHER’S  WORLD » sous forme de lettres qu’elle écrit sur la vie en famille, telle que celle-ci est vue au travers des yeux de BOBS. De fait, elle continuera à rédiger ces fameuses lettres longtemps après la disparition du chien !      

21 - NAISSANCE DE GILLIAN ET D’IMOGEN

Enid a du mal à concevoir un enfant. Finalement, le 15 juillet 1931, naît leur fille aînée : GILLIAN. Après une fausse couche qu’Enid fera en 1934, les époux auront une autre fille – IMOGEN – qui naîtra le 27 octobre 1935.

L’année 1938 verra la parution du premier roman d’aventures d’Enid BLYTON : « THE SECRET ISLAND29 ». Auparavant, en 1927, Enid a déjà écrit un autre récit d’aventures, intitulé « THE WONDERFUL ADVENTURE30 », qui ne le cède en rien à « THE SECRET ISLAND » de par le nombre de ses pages. Seulement, il s’agit d’une nouvelle plutôt que d’un roman à proprement parler. Vers cette période, Enid dédie plus de temps que jamais à son écriture, ayant de plus en plus recours aux bons offices de ses gens de maison auxquels elle confie la garde de ses enfants et la charge des travaux ménagers et du jardinage. Elle n’a que très peu de temps à consacrer à ses filles, se contentant de jouer avec elles pendant une petite heure après goûter. Quelquefois, en fin d’après-midi, elle emmène Imogen avec elle en allant chercher Gillian à la sortie des classes. Les deux époux ne disposent plus, eux non plus, d’assez de temps pour se voir, accaparés comme ils le sont par leurs obligations professionnelles respectives. Hugh, qui travaille en collaboration avec Winston CHURCHILL sur les écrits de ce dernier à propos de la Première Guerre Mondiale, sombre peu à peu dans la dépression en réalisant que le monde est à deux doigts d’une autre guerre. Il noie ses soucis dans l’alcool en buvant en cachette dans le cagibi sous l’escalier, pendant que sa conjointe cherche du réconfort dans son écriture et dans sa camaraderie intime avec sa compagne Dorothy. Dorothy RICHARDS, infirmière puéricultrice venue prêter main forte chez les POLLOCK pendant quelques semaines à l’époque de la naissance d’Imogen et Enid ont tôt fait de se lier d’amitié. Depuis, Dorothy multipliera ses séjours à OLD THATCH. Elle est le calme personnifié et sa présence procure à Enid un sentiment de sécurité dont celle-ci a besoin à un moment où ses rapports avec Hugh commencent à battre de l’aile. Enid trouve en elle une femme de confiance sur laquelle elle sait pouvoir compter.                          

22 - GREEN HEDGES (LES HAIES VERTES)

Par la force des choses, ce sera non pas vers Hugh mais vers Dorothy qu’Enid se tournera pour obtenir de l’aide et quérir des conseils lorsqu’elle se mettra à la recherche d’une nouvelle demeure, plus grande que leur actuelle. Elle fixera son choix sur une maison individuelle avec huit chambres, bâtie quelque trentaine d’années auparavant à Beaconsfield dans le Buckinghamshire. Il s’agit d’une construction en imitation du style Tudor, garnie de poutres et percée de fenêtres à carreaux sertis de verre au plomb, s’élevant sur un terrain d’une superficie d’un hectare. Le domaine possède une multitude de petites pelouses entourées de haies d’ifs vertes. Enid organisera le déménagement en août 1938, alors que Hugh est souffrant et hospitalisé pour soigner une pneumonie. Ce sont les lecteurs du magazine blytonien « SUNNY STORIES » qui choisiront son nom à la villa : GREEN HEDGES.      

23 - SON DIVORCE D’AVEC HUGH

Enid continue à écrire pendant les années de guerre. Hugh rejoint son ancien régiment – le Fusiliers royaux écossais – et est bientôt affecté à Dorking dans le Surrey où il est appelé à former les officiers des Home Guard31. Son absence pèsera sur leur vie conjugale, qui ne tient déjà plus qu’à un fil et, pendant qu’elle est en villégiature avec Dorothy dans le Devon au printemps de 1941, Enid rencontre l’homme qui va devenir son second mari : le chirurgien Kenneth Fraser DARRELL WATERS. Hugh, quant à lui, était tombé follement amoureux de la romancière Ida CROWE. Le divorce du couple Enid-Hugh intervient en 1942. Kenneth, de son côté, divorce d’avec sa femme, dont il n’avait pas eu de progéniture.    

24 - SON MARIAGE AVEC KENNETH FRASER DARRELL WATERS

Kenneth et Enid se marient au bureau d’état-civil de la ville de Westminster le 20 octobre 1943, six jours avant le mariage de Hugh avec Ida. Gillian et Imogen n’ont pas vu leur père depuis juin 1942, moment où il s’était embarqué pour l’Amérique dans le cadre d’une mission qui consistait à apporter aux autorités américaines des conseils en matière de défense civile. Hélas ! elles ne le reverront plus. Bien qu’ayant promis à Hugh libre accès à leurs filles après le divorce, Enid reviendra sur sa parole et lui défendra de jamais les revoir. Ainsi, elle élimine son premier mari de sa vie, de la même manière dont elle s’y était prise auparavant avec sa mère, se donnant sans doute l’illusion que ni l’un ni l’autre n’avaient jamais existé. En agissant de la sorte, elle continue son comportement de simulacre et de déni acquis durant son enfance et, par là même, elle rend fictive sa propre existence. Son autobiographie THE STORY OF MY LIFE contient des photographies de sa « gentille petite famille » où elle figure au côté de son deuxième mari Kenneth et de ses deux filles. On n’y trouve en revanche aucune mention de Hugh et, sans qu’il n’en soit explicitement fait état, les lecteurs ont l’impression que c’est Kenneth le père de Gillian et d’Imogen.          

Chirurgien de métier, Kenneth exerce à l’hôpital SAINT-STEPHEN à Chelsea (Londres). C’est un homme qui mène une vie active, et qui se livre aux joies du jardinage, du tennis et du golf. Alors qu’il servait dans la Marine durant la Première Guerre Mondiale, son navire avait été torpillé à la bataille du Jutland. Cet incident lui endommage irrémédiablement l’ouïe. À cause de sa surdité, les mondanités le mettent en porte-à-faux. Son infirmité se traduit par des difficultés de communication, ce qui le fait parfois passer pour malpoli voire insensible vis-à-vis de ses interlocuteurs.    

Tirant une grande fierté de leur réussite mutuelle, Enid et Kenneth sont heureux comme des rois. Toutefois, à quelque temps de là, une grosse déception les attend : après avoir constaté au printemps de 1945 qu’elle est enceinte, Enid tombera cinq mois plus tard d’une échelle et fera une fausse couche. Le bébé, s’il était né, aurait été le premier enfant de Kenneth, et le fils tant attendu par le couple.    

Kenneth et Enid voyagent ensemble à l’étranger une seule fois, à la faveur d’un séjour d’affaires et d’agrément qu’ils effectueront à NEW YORK en 1948 en compagnie de leurs amis et qui durera trois semaines. Les deux époux feront la traversée de l’Atlantique à bord du paquebot QUEEN ELIZABETH à l’aller et sur le navire QUEEN MARY au retour. Ce sera pour Enid BLYTON l’occasion de s’inspirer une nouvelle fois de ses impressions de voyage pour concocter un roman, intitulé « THE QUEEN ELIZABETH FAMILY32 » publié en 1951. Hormis cela, Kenneth et Enid passeront la plupart de leurs vacances dans le Dorset, où ils achètent dans les années 1950 un terrain de golf et une ferme. C’est la leur propre, appelée « Manor Farm » et située à Stourton Caundle, qui inspirera à Enid celle du FIVE ON FINNISTON FARM33 (sorti en 1960). Quant à FIVE HAVE A MYSTERY TO SOLVE34 (paru en 1962), ce titre du Club des Cinq a pour décor un coin du Dorset cher à Enid. Enfin, l’îlot de Brownsea situé au large de Poole Harbour est à la base de la fameuse « Whispering Island35 ».    

25 - SES SÉRIES-PHARES ET AUTRES ÉCRITS

Depuis près de vingt-trois ans qu’elle tient régulièrement sa rubrique dans le Teacher’s World, Enid met fin à cette activité de chroniqueuse en 1945 36. Forte de cette expérience, qui lui aura permis d’élargir l’éventail de ses écrits, elle entame le gros de ses séries-phares à savoir les « SECRET37 », les « FAMOUS FIVE », les « FIND-OUTERS MYSTERIES38 », les « ADVENTURE39 », les « SAINT-CLARE40 », les « CHERRY TREE41/WILLOW FARM42 », les « FARAWAY TREE43 » ou encore les « WISHING CHAIR44 ». À ces séries, viendront s’ajouter par la suite celles du SECRET SEVEN45, des BARNEY46, des MALORY TOWERS47 et des SIX COUSINS48. NODDY49 fait son apparition pour la toute première fois en 1949 et, au milieu des années 1950, on trouve dans le commerce une foultitude de produits dérivés de NODDY.
On dit qu’Enid aurait écrit près de 700 livres en tout (y compris des recueils d’histoires courtes), mais aussi des magazines, des articles et des poèmes. Elle produira des ouvrages abordant une grande diversité de thèmes présentant de l’intérêt aux enfants depuis les tout-petits âgés de deux ans jusqu’aux adolescents de quatorze : des romans d’aventures et de mystère, des histoires d’école, des récits de cirque et de ferme, des histoires familiales, des fables fantastiques, des contes de fée, des historiettes s’adressant aux enfants en école maternelle, des livres sur la nature, des récits bibliques, des histoires d’animaux, des poèmes, des pièces de théâtre, des chansonnettes, mais encore des légendes, mythes et autres fables folkloriques. Elle gagne une fortune colossale grâce à ses écrits et, en 1950, elle crée sa propre société à responsabilité limitée qui aura pour raison sociale « DARRELL WATERS LTD. » afin de lui permettre de gérer le côté financier des choses.

26. LE « ENID BLYTON'S MAGAZINE »

En 1952, Enid délaisse le SUNNY STORIES après avoir apporté sa contribution à ce périodique pendant vingt-six ans, et fonde, en mars 1953, le ENID BLYTON’S MAGAZINE50, qui est un quinzomadaire pour lequel elle écrira l’intégralité des textes sauf ceux des publicités. Elle se sert de ce magazine pour modeler son lectorat par le biais de ses histoires, éditoriaux et pages d’actualités, en exhortant ses jeunes lecteurs à être bons, serviables, à cultiver le sens de la responsabilité et en leur faisant comprendre que, quel que soit leur âge, ils pourront agir concrètement en faveur de la société pour peu qu’ils y mettent du leur. Par l’entremise des pages de son magazine, elle promeut quatre clubs où les enfants sont mis à contribution : BUSY BEES51 (qui vient en aide aux animaux), le « FAMOUS FIVE CLUB52 » (qui lève des fonds destinés à un foyer pour enfants), la « SUNBEAM SOCIETY53 » (qui rend service aux enfants aveugles) et enfin le « MAGAZINE CLUB54 » (créé au profit d’enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale). Des milliers de lecteurs s’y joignent, tant et si bien qu’Enid parlera avec fierté de son « armée d’enfants » qui contribue à œuvrer pour les causes auxquelles elle tient tant.

Désireuse de passer davantage de temps avec Kenneth, qui s’est retiré en 1957 de ses fonctions de chirurgien, Enid mettra la clef sous la porte du « ENID BLYTON MAGAZINE » en septembre 1959. À ce moment-là, ses quatre clubs réunis comptent approximativement 500 000 adhérents et ont récolté en six ans un montant de 35 000 livres sterling, ce qui représente à l’époque une énorme somme d’argent.        

27 - SA FIN DE VIE

C’est vers la fin des années 1950 que la santé d’Enid commence à décliner. Elle connaît des crises d’essoufflement passagères et aurait même subi une attaque cardiaque. Au début des années 1960, il devient manifeste qu’elle est frappée de démence. Son esprit, naguère si alerte, se brouille, consécutivement à des trous de mémoire qui ne laissent pas d’être inquiétants. Elle est saisie d’une envie folle de retourner dans sa maison d’enfance de Beckenham avec ses deux parents. Ses deux derniers romans – hormis des rééditions de ses écrits précédemment publiés – seront des réécritures des histoires de la Bible : The Man Who Stopped To Help55 et The Boy Who Came Back56, qui paraîtront l’un et l’autre en août 1965.

Perclus d’arthrite, Kenneth n’est pas mieux portant. Les médicaments qu’il prendra pour soigner son mal endommageront fortement ses reins. Il mourra le 15 septembre 1967, laissant derrière lui une Enid esseulée et vulnérable. Gillian et Imogen ont à ce moment-là la trentaine, et ne vivent plus chez leurs parents. Néanmoins, elles rendront souvent visite à leur mère et feront tout leur possible pour lui venir en aide. Malgré cela, et nonobstant les soins que ses domestiques lui prodigueront à Green Hedges, son état de santé s’aggrave au cours des mois suivants, physiquement comme mentalement. À la veille de l’automne 1968, on la transporte dans une maison de repos à Hampstead, où elle s’éteint paisiblement dans son sommeil trois mois plus tard le 28 novembre 1968, à l’âge de 71 ans. Elle sera incinérée au crematorium de Golders Green dans le nord de la cité de Londres. Un service commémoratif est célébré en son hommage à l’église Saint-James à Piccadilly le 3 janvier 1969.  

28 - SON PATRIMOINE

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis le décès d’Enid BLYTON. Elle n’est pas tombée dans l’oubli pour autant. Le meilleur d’elle perdure dans ses livres, dont plusieurs sont toujours réédités. Même à l’heure actuelle, elle continue à divertir, à éduquer et à inspirer les enfants du monde entier par l’entremise des mots qu’elle a écrits. Elle invite ses lecteurs à contempler le monde autour d’eux d’un regard nouveau, à observer, à explorer, à étudier, à découvrir, à apprendre. Puisse ses vœux porter leurs fruits ! Pour citer quelques lignes de circonstance tirées du The Poet57, publié dans The Poetry Review58 en 1919 :

Chers cœur
et âme d’un enfant,
continuez de chanter !


************************************************************************************************

Remerciements

En composant la présente biographie, j’ai puisé énormément dans les ouvrages suivants :
• The Story of My Life par Enid Blyton, année de parution : 1952
• Enid Blyton—the Biography par Barbara Stoney, année de parution : 1974
Les suppléments d’informations proviennent des livres suivants :
• Gillian Baverstock Remembers Enid Blyton par Gillian Baverstock, année de parution : 2000
• Enid Blyton, paru en George Greenfield, année de parution : 1998
• A Childhood at Green Hedges par  Imogen Smallwood, année de parution : 1989
• The Enid Blyton Dossier par Brian Stewart et Tony Summerfield, année de parution : 1999
Je me suis également servie d’articles parus dans les numéros 6 et 7 du The Enid Blyton Society Journal, écrits respectivement par Imogen SMALLWOOD et par Barbara STONEY.  
Biographie originale par Anita BENSOUSSANE : http://www.enidblytonsociety.co.uk/a-biography-of-enid-blyton.php

Traduit de l’anglais par Sreekrishnan SRINIVASAN (octobre 2017)

Notes du traducteur :

1Autobiographie d’Enid BLYTON.
2WATER BABIES = Bébés d’eau.
3Little Women  = Les Quatre filles du docteur March .
4Children's Encyclopædia = L’Encyclopédie pour les  enfants (traduction inédite en français).
5The Coral Island = L’ÎLE DE CORAIL.
6The Princess and the Goblin = LA PRINCESSE ET LE GOBELIN.
7THE SIX BAD BOYS = Les Six Mauvais Garnements. Cet ouvrage est inédit en France. La traduction littérale en français de son titre est fournie à titre indicatif seulement, histoire de donner au lecteur français une idée du sujet traité. Un point, c’est tout.
8GUILDHALL SCHOOL OF MUSIC : célèbre école supérieure de musique.
9Pour en savoir plus sur la méthodologie pédagogique de Fröbel, cliquer sur le lien suivant : http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=2954
10Il s’agit d’une anthologie annuelle (inédite en France).
11 « Le monde des enseignants », périodique pédagogique (inédit en France).
12Murmures d’enfant (inédit en France).
13 Le livre du Zoo (la traduction française de cet ouvrage est inexistante en France).
14  « Kernach » dans la version française.
15 « Le Club des Cinq » en français.
16 « Histoires ensoleillées pour les petits » (inédit en France).
17Histoires ensoleillées d’Enid Blyton (inédit en France).
18Histoires ensoleillées (inédit en France).
19Livre des lapereaux d’Enid Blyton (inédit en France).
20Cette série a paru en France sous la dénomination « Galopin et Polisson » dans la collection Bibliothèque Rose aux éditions HACHETTE.
21Livre des farfadets d’Enid Blyton.
22Ils fréquenteront occasionnellement le théâtre et le cinéma.

23Variante du jeu du cricket.
24 Jeu d’enfant qui consiste à tenter de casser un marron tenu au bout d’un fil par son adversaire (Définition extraite du dictionnaire LAROUSSE).
25Bandit de grand chemin tristement célèbre ayant réellement existé.
26L’Étoile Polaire.
27 THE SECRET ISLAND = Le Secret De L’Île Verte (en VF), publié aux éd. ODEJ.
28 La famille Tant-Mieux en croisière.
29 Arthur & Cie et le vaisseau perdu
30 « La merveilleuse aventure » (roman inédit en France).
31 Pour en savoir plus sur les Home Guards, cliquer sur ce lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Home_Guard
32 La Famille Tant-Mieux En Amérique.
33 Le Club des Cinq et le coffre aux merveilles.
34 Le Club des Cinq et le vieux puits.
35 « L’île aux quatre vents » dans la version française.
36 À cette époque, ses deux filles sont pensionnaires dans un internat.
37 Série de 5 titres parus en France sous l’appellation « SECRET » aux éd. O.D.E.J. : « Le secret de l’île verte », « Le secret de la Tour du guet », « Le secret de la montagne jaune »,  « Le secret de la forêt bleue », « Le secret du vieux donjon ».
38  « Les Cinq Détectives » : cette série, sortie en France sous la dénomination MYSTÈRE chez HACHETTE, comporte 15 titres. Pour plus d’informations à son propos, cliquer sur le lien :
http://serge-passions.fr/cinq_detectives.htm  
39 Série « Mystère » Enid Blyton. 8 titres au total la constituent. Elle sera rebaptisée « Arnaud & Cie » par la suite. Cliquer sur le lien suivant pour en savoir plus :
http://serge-passions.fr/adventure_series_titres.htm
40 Cette série se nomme « Deux Jumelles » en France et compte 6 titres. Pour plus d’informations à son sujet, cliquer sur le lien : http://serge-passions.fr/deux_jumelles.htm
41 La ferme des Cerisiers (inédit en France).
42 La ferme des Saules (inédit en France).
43 Série « L’Arbre » en France.
44 Série « Le Fauteuil Magique » en France.
45 Série « Le Clan des Sept » en France.
46 Cette série est sortie en France sous l’appellation MYSTÈRE. On y dénombre un total de 6 titres. Cliquer sur le lien suivant pour en savoir plus : http://serge-passions.fr/barney_presentation.htm
47 Série « Malory School ».
48 Minisérie « Les Six Cousins » en France.
49 « Oui-Oui » en France.
50 Le magazine d’Enid Blyton (inédit en français).
51 « Les abeilles affairées ».
52 L’Amicale du Club des Cinq.
53 Le clan du Rayon de Soleil.
54 Le club du Magazine.
55 L’homme qui s’arrêta pour aider (inédit en français).
56 Le garçon qui revint (inédit en français).
57 « Le poète ».
58 « La revue poétique » (inédite en français).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur X
Galaxie
avatar

Nombre de messages : 2220
Age : 51
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 27/03/2011

MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   Sam 4 Nov 2017 - 16:17

Bravo et merci Sree pour cette reversion  Wink J'avoue être incapable de dire où résident les différences entre les 2 versions. Mais peu importe ! Cela m'a permis de revoir mes bases.  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fan_indien
Galaxie
avatar

Nombre de messages : 4450
Age : 36
Localisation : Libreville, Gabon
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   Sam 4 Nov 2017 - 16:27

@Joy : Merci de ton appréciation. Je suis moi aussi sidéré par la façon dont Enid Blyton inventait ses histoires. Au pic de sa productivité, elle tapait jusqu'à 10000 mots par jour ! Et, vers la fin de sa carrière, elle est tout un phénomène de société. Elle compte à son actif plus de 600 livres et quelque 10 000 nouvelles et histoires courtes. Et dire que sa mère traitait ses écrits de torchons quand elle était adolescente ! Wink  

@Serge : C'est effectivement sous Word que je t'ai envoyé ma nouvelle traduction.

@Cedrix : Peux-tu m'expliquer ce qui te fait tiquer dans le choix des mots que j'emploie dans mes traductions ? Ce serait bien de donner un ou deux exemples pour illustrer tes propos, que j'y voie plus clair. Question stylistique, c'est sciemment que j'utilise des expressions qu'aujourd'hui, l'on jugerait de désuettes ou de vieillottes. Mes traductions ne sont pas floues pour autant sur le plan de la compréhension, ni fausses grammaticalement parlant, que je sache ? Si tu trouves que certaines de mes tournures sont désormais passées de mode, il n'y a pas lieu de m'affoler, car j'estime que chaque traducteur possède son style, qui lui est propre. En tout cas, moi, j'ai adopté le mien ! Ceci dit, dans l'exercice de mon métier de traducteur, le vocabulaire dont je fais usage est tout sauf "vieille école", ou "vieille France", si tu préfères (même si - il est vrai - je suis un adepte de la vieille école). Enfin, mon diplôme de traducteur - commercial, certes, mais traducteur tout de même - qui m'a été remis en mains propres à Paris en 2002 est officiellement reconnu par le Ministère de l'Education nationale français :


J'ai décroché haut la main 2 autres diplômes en traduction par la suite, plus un certificat d'interprétariat, mais là, comme je ne les ai pas sous la main, (ils sont chez moi en Inde), impossible de vous les montrer. (J'ai débuté dans le métier en tant qu'interprète bilingue, en 2002.)

@Cedrix et Monsieur_X : N'allez pas croire que je déteste la langue française à cause de l'article dont vous parlez et dont j'avais mis le lien. Pour bien me connaître, vous savez, au contraire, à quel point j'en suis épris et pétri !  Very Happy

@Monsieur_X : les langues indiennes sont pour la plupart à typologie Sujet-Objet-Verbe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur X
Galaxie
avatar

Nombre de messages : 2220
Age : 51
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 27/03/2011

MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   Sam 4 Nov 2017 - 16:53

@Sree : pendant que tu écrivais le message précédent j'étais justement occupé à t'écrire un mp.  Wink

Ne t'inquiète pas à propos de l'article : j'ai pour ma part bien compris (et à mon avis tous ceux qui l'ont lu aussi, bien que ce ne soit pas à moi à m'exprimer pour eux) que tu ne reprenais pas à ton compte ce point de vue mais que tu t'en faisais simplement le rapporteur.
D'ailleurs l'avis émis (et encore une fois même si nous ne le partageons pas) est néanmoins intéressant et vaut d'être débattu... en français  Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur Enid Blyton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur Enid Blyton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Livres d'enfants :: Enid Blyton-